Jean-Christophe Gérard de HSBC Private Bank Suisse sur le renminbi

26 février 2013: interview de Jean-Christophe Gérard, HSBC Private Bank Suisse , accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Mutations de l'année du Serpent

L'Agefi 26.02.2013

HSBC Private Bank. Le renminbi sera la 3e monnaie la plus traitée au monde. Peut-être dès 2017 selon HSBC.

Depuis la création du renminbi ‘offshore’ (CNH) sur le marché de Hong-Kong en 2009, le processus de convertibilité s'accélère. L’ouverture du marché des capitaux et l’accès aux marchés action et obligataire se sont étoffés comme en témoignait l’émission de la première obligation en yuan sur le marché de Londres il y a moins d'un an (L’Agefi des 19 et 30 avril). De monnaie d'échange domestique, la devise chinoise est passée au statut de monnaie d'investissement internationale. Selon l'équipe de recherche de HSBC, la dernière étape du processus, celle d’une convertibilité totale du renminbi pourrait prendre place dès 2017. Jean-Christophe Gérard, Chief Investment Officer pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen Orient chez HSBC Private Bank en Suisse, explique pourquoi cette échéance est bien plus proche que ne l'envisage le consensus.

Pouvez-vous nous expliquer les différentes versions du renminbi?

Le RMB est l’abréviation utilisée pour le renminbi (en chinois: monnaie du peuple) et elle s'applique principalement à la monnaie physique. Le CNY est le code monétaire officiel de la monnaie chinoise et le terme utilisé sur le marché pour le renminbi onshore c'est-à-dire la monnaie négociable sur le marché au comptant national et non disponible à l’étranger. Enfin le CNH, né en 2009, est le terme monétaire utilisé pour le renminbi, échangé sur le marché de Hong Kong, négociable et livrable offshore, en dehors de la Chine continentale. Il existe également des forwards non livrables (NDF) sur la devise CNY. Enfin, et depuis peu, le renminbi est compensable sur le marché de Taiwan sous le nom de CNT, fongible avec le CNH.

Vous estimez que le renminbi sera convertible d'ici moins de 5 ans. Pourquoi?

Tous les signaux sont au vert. Pendant que les pays développés se concentrent sur leurs problèmes internes – crise de l'euro, mur budgétaire américain – la Chine est entrain de rebondir et prépare la libéralisation de sa monnaie en étapes progressives. 2013, l'année du Serpent, sera, selon nous, décisive. La Chine a besoin d'un marché des capitaux pour soutenir une économie jusqu'ici financée par ses banques géantes, encadrées par le gouvernement. Il est de l'intérêt du gouvernement d'améliorer la qualité du risque de ses banques en transférant au marché des capitaux une partie de l'octroi de crédit aux grandes sociétés et aux collectivités locales. Ce qui permettra aux banques chinoises de financer les petites et moyennes entreprises. La capitalisation de marché des émetteurs chinois (obligations et actions) représentant 100% du PIB, il est temps pour la Chine de s'ouvrir davantage aux investissements extérieurs. Un processus amorcé avec l'émission des Dim Sum – les obligations libellés en CNH pour les investisseurs hors de Chine  - et celle des H Shares échangées à Hong Kong. Une seconde raison, non négligeable, d'assurer la convertibilité est de faciliter les transactions commerciales. Les exportateurs chinois préfèreraient facturer en renminbi.  Selon un sondage HSBC, la moitié des entreprises chinoises sont prêtes à offrir une remise sur leurs factures si les acheteurs les règlent en renminbi: 40% offriraient jusqu'à 3% de rabais et 10% plus de 3%. Une incitation appréciable.

Qu'en est-il de la liquidité?

Par une série d'accords, la Chine a ouvert un pool de liquidité intégré de près de 730 milliards de renminbi (environ 120 milliards de dollars). Partiellement au moyen de swaps bilatéraux – pour un montant total de près de 2000 milliards de renminbis – qui incluent l'Argentine, le Brésil, la Corée du Sud, l'Australie, la Russie, l'Ukraine ou l'Indonésie.  Il est question d'établir un accord de swaps avec la Suisse. La convertibilité de la devise offshore est maintenant établie à Taiwan et les discussions avec Londres sont en cours.

Pourquoi la Chine ne s'est-elle pas ouverte plus tôt et pourquoi maintenant?

La Chine est en phase de normalisation. En 2007, son excédent commercial représentait 7,5% du PIB. Aujourd'hui, il n'en représente plus que 2%. De même pour le solde de son compte courant qui affiche un excédent de l'ordre de 3%, tout à fait dans les normes du G20. La consommation domestique a ramené les comptes excédentaires à des niveaux mesurés et le renminbi s'est apprécié de 30% par rapport au dollar depuis 2005, à un niveau aujourd’hui probablement assez proche de son point d'équilibre. L'évolution des équilibres économiques chinois a atteint un niveau de maturité qui devrait permettre, à terme, une convertibilité complète même s'il elle restera encadrée.

Comment évolue le marché des capitaux?

Les instruments se multiplient. Change, dépôts fiduciaires, obligations, CD, actions, produits structurés et produits alternatifs: la gamme complète est à disposition. Les Dim Sum (obligations en renminbi) sont émis tant par des sociétés chinoises que par des sociétés étrangères, telles Caterpillar ou Raiffeisen Bank, avec des rendements nettement plus attractifs que leurs équivalents en dollars et un risque de dépréciation de la monnaie extrêmement faible. Le marché actions reste très réglementé. Les investisseurs peuvent acquérir les H Shares de Hong Kong mais les A Shares restent réservées à un nombre restreint d'investisseurs internationaux qualifiés (QFII). Toutefois, les allocations de quotas de QFII sont en explosion. Pour un investisseur non agréé sur le marché chinois, mieux vaut investir par l'intermédiaire d'un fonds comme le HSBC China A Shares Fund.

Quelle place occupe HSBC sur ce marché?

Pour des raisons bien connues liées aux origines de HSBC et à notre stratégie en Asie, nous occupons la première place parmi les banques étrangères sur le marché de la dette et du change en CNH. HSBC a ainsi émis 130 Dim Sum en 2012 pour une part de marché est de 25% - le second agent émetteur dans le classement ne représente que la moitié de ces volumes. Nous occupons aussi la place de leader sur le marché des changes du spot CNH et continuons à innover : nous avons ainsi traité récemment le premier prêt de titres tripartite cross-border en CNH.  

CV

Jean-Christophe Gérard

Jean-Christophe Gérard a rejoint HSBC il y a 20 ans, après avoir décroché son diplôme à l’Ecole Supérieure de Commerce de Bordeaux et travaillé comme auditeur et trader devises. Il a fait carrière dans le secteur des devises, des taux et des obligations avant d’être nommé Head of Private Bank Investment Group de HSBC Private Bank (Suisse) SA en 2006. Il est maintenant Chief Investment Officer pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen Orient.

Company Key facts

HSBC Private Bank

HSBC Private Bank, partie du groupe HSBC fondé en 1865, est, avec 497 milliards de dollars d’avoirs sous gestion, l’une des plus importantes banques privées internationales et la plus grande banque étrangère en Suisse, employant 1800 collaborateurs dans ses bureaux de Genève, Zurich et Lugano.

 

3e devise mondiale

Le RMB dans le monde


Emissions d'obligation