Eric Vanraes d'EI Sturdza sur les allocations d'actifs

28.01.2015: interview d'Eric Vanraes, EI Sturdza Investment Funds, accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Allocation pour contexte inédit

L'Agefi, 28.01.2015

E.I. Sturdza. La Fed a indirectement fait remonter les taux depuis l'été dernier. En laissant l’EUR-USD glisser de 1,35 à presque 1,10.

A nouveau contexte, nouvelles approches. En observant les courbes de taux et de rendement des obligations américaines et allemandes, Eric Vanraes, responsable des taux chez E.I. Sturdza, en a conclu qu'une révision complète des allocations était à l'ordre du jour.

Il a beaucoup été question de resserrement de l'assouplissement monétaire aux Etats-Unis depuis plus d'un an et demi. Quand pensez-vous que la Fed va enfin passer à une politique monétaire plus restrictive ?

Tout indique qu'elle l’a déjà fait indirectement depuis l’été dernier en laissant l’EUR-USD glisser de 1,35 à presque 1,10 sans rien dire ni rien faire. Cela correspond implicitement à une, voire deux, hausses de taux. Selon moi, la Fed va retarder au maximum la remontée de son taux directeur, si tant est qu'elle le fasse un jour.

 Quelle sera l'évolution des taux 10 ans en Allemagne et aux Etats-Unis?

A mon avis, en 2015, le taux 10 ans US suivre un trend similaire à celui du Bund en 2014 avec un premier objectif à 1,38%. Il ne faut plus regarder les chiffres de croissance et d’emploi pour analyser le comportement des taux US car, avec un taux de chômage à 5,6% et une croissance au-dessus de 3%, qu’attend donc la Fed pour réagir ?  Pourquoi se contente-t-elle juste  de changer ses indications prospectives en passant de «période considérable» à «nous allons être patients» ? L’équation a une inconnue supplémentaire : la déflation. Présente au Japon depuis 20 ans et en Europe depuis 6 mois, elle risque d'atteindre les Etats-Unis en 2015. Deux chiffres récents confortent cette opinion. Des prix à la production (PPI) en baisse de 1,7% et des salaires horaires en baisse de 0,2% au mois de décembre. Pourquoi les salaires baissent-ils au moment même où le pays atteint le quasi plein emploi ?

Que marquent les courbes forward US et allemandes? 

La courbe US est encore très pentue à l'heure actuelle, surtout entre 3 et 10 ans. J'anticipe un aplatissement brutal de cette courbe qui deviendra parallèle à la courbe allemande. La partie courte pourrait remonter légèrement par crainte d'une hausse des Fed Funds. Cela nous donnera une partie courte assez plate autour de 0,5%, un 10 ans à 1% et un 30 ans à 1,8% environ. Le QE mondial n’a pas diminué, la Banque du Japon et la BCE se sont substituées la Fed. Il y a un afflux de liquidités dans le monde entier, prêt à acheter des obligations. Mais il faut du rendement et de la qualité. Un seul marché est désormais capable de remplir ces deux conditions : les Treasuries. Je m'attends à une ruée sur ces titres qui seront, selon les cas, couverts ou non en devise locale. Ce sera toujours préférable au Bund à 0,35%. Les investisseurs sont choqués de voir l’Italie ou l’Espagne emprunter à des taux inférieurs à ceux des Etats-Unis.

 Quelles leçons en tirez-vous pour votre allocation d'actifs?

Nous avons  complètement chamboulé la stratégie du Strategic Global Bond Fund US Dollar. En diminuant fortement le risque de crédit au profit du risque de duration (30 ans et suppression de l’overlay de duration). Dans la répartition par pays, nous avons augmenté la part des Etats-Unis, des Pays-Bas et acheté de l’Allemagne et du Canada. En contrepartie, nous sommes sortis de l'Europe périphérique et des émergents. Pourquoi les périphériques ? Parce qu’en début d’année, nous nous sommes rendu compte que le QE de la BCE était déjà reflété dans les prix (au moins à 80%) mais que la victoire de Syriza en Grèce ne l’était pas du tout. Si nous sommes murs pour une Nième crise grecque, les spreads périphériques vont s’écarter ou tout au moins devenir plus volatils. Ce qui représenterait un risque trop asymétrique (pas grand-chose à gagner/beaucoup à perdre).

Vous avez revu l'allocation en termes de qualité de crédit.

C'est une autre conséquence des changements évoqués plus haut. En 2015, pour obtenir du rendement, il ne faudra pas compter sur les spreads BBB-BB mais sur l’effet duration des AAA longs (10-30 ans).

Vous avez également modifié la répartition des maturités.

Effectivement. Nous avons accru l'exposition courte (0 à 3 ans) et l'exposition à très long terme (30 ans).  Une stratégie Barbell, positionnée à la fois à l'offensive et à la défensive. Le 30 ans représente 10% du portefeuille mais avec une duration de 20, sa contribution est de 2. Sur un fonds à duration 6, un tiers du risque de duration est donc sur le 30 ans. Les overlays short 10 ans et 5 ans ont disparu.

CV

Eric Vanraes

Eric Vanraes est responsable de la gestion de taux chez EI Sturdza Investment Funds. Il est entré à la Banque Baring Brothers Sturdza SA en 2008. Il est gérant principal des fonds Strategic Euro Bond Fund et Strategic Global Bond Fund, ainsi que gérant principal des mandats de gestion obligataires institutionnels. De 2000 et 2008, Eric a travaillé à l’Union Bancaire Privée en tant que membre de la Direction, responsable de la gestion obligataire crédit «investment grade» et des stratégies «absolute return» obligataires. Il était également administrateur et responsable de l’analyse crédit du fonds UBAM Convertibles Europe. Il a été récompensé en 2003 par S&P et en 2007 par Lipper pour la gestion des fonds UBAM Corporate Euro et UBAM Corporate USD en tant que meilleurs fonds obligataires «Investment Grade», respectivement sur 3 ans et sur 1 an. Auparavant il a travaillé pour la Société Nancéenne Varin Bernier du groupe CIC et  pour la banque de Neuflize Schlumberger Mallet à Paris où il était responsable de la gestion de plusieurs SICAV monétaires et obligataires, ainsi que gérant de mandats auprès de grandes entreprises françaises. Eric Vanraes est diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Grenoble et de Sciences Po Grenoble (Institut d’Etudes Politiques). Il détient également un DESS de finance.

Company Key facts

EI Sturdza Investment Funds

EI Sturdza gère actuellement 2,3 milliards de dollars d’actifs sous gestion pour le compte de ses investisseurs (au 31 décembre 2014). La société a obtenu le Lipper Fund Awards cette année pour sa gamme de fonds en actions. Elle est spécialiste de l’investissement en actions chinoises, japonaises, européennes et américaines.

 

 

01-EUR-USD
02-German 10Y-US 10Y
03-UST-GermanGov
04-Countries Alloc
05-Ratings Alloc
06-Maturity Alloc

Télécharger la page en PDF