Luxembourg et Genève : places financières complémentaires ou concurrentes ?

18 septembre 2013: interview de Jean Fuchs, Association Luxembourgeoise des Professionnels du Patrimoine (ALPP), accordé à Marjorie Théry (Agefi), en coproduction avec Voxia et Dukascopy TV


Les raisons d’un succès durable

L'Agefi, jeudi, 19.09.2013

Le Luxembourg augmente son rayonnement. Alors que la Suisse peine parfois à réinventer ses modèles.

Marjorie théry

«La Suisse a 200 ans d’histoire bancaire contre seulement une trentaine pour le Luxembourg. Pourtant aujourd’hui autant d’actifs sont gérés depuis le Luxembourg que depuis la Suisse». Le constat de Jean Fuchs, président de l’ALPP (association luxembourgeoise des professionnels du patrimoine) donne à réfléchir. Invité d’honneur du salon Invest 2013 qui ferme ses portes aujourd’hui à Genève, le représentant des gestionnaires de patrimoine du Luxembourg a développé plusieurs thèmes sur les raisons du succès de cet Etat particulier, qui compte autant d’habitants que le Canton de Genève.

Les facteurs de succès clés du Grand Duché tiennent essentiellement en trois axes: la spécialisation dans les fonds de placement, un soutien politique institutionnalisé et une logique de collaboration entre secteurs et pays voisins.

Pour le premier point, alors que «le Luxembourg n’était rien il y a 20 ans», cette place financière est devenue leader dans la domiciliation de fonds de placements. «Evidemment, les montants sous gestion augmentent beaucoup plus vite dans la gestion collective que dans la gestion privée ce qui explique notre croissance» précise Jean Fuchs. D’après lui, le Luxembourg va poursuivre sur sa lancée dans les prochaines années grâce notamment à la croissance attendue du marché des fonds de placement, tiré par les investisseurs institutionnels.

Avec des systèmes de retraites en mutation en Europe, Jean Fuchs anticipe une augmentation des fonds de pensions et des besoins en services financiers et en fonds de placement. Tout ceci n’aurait pas été possible en restant hors de l’Union Européenne. «Nous avons une expertise particulière dans la structuration de fonds UCITS par exemple, qui bénéficient du passeport européen et qui sont devenus un gage de qualité». Le Luxembourg a toujours fait preuve d’intégration et de collaboration en Europe. Membre fondateur du Benelux, le Luxembourg a su tirer parti de son intégration européenne. « Comment voulez-vous développer des services financiers d’envergure avec un marché intérieur de 500 000 habitants? L’Union Européenne, c’est un marché de 500 millions».

Dans la gestion privée aussi, le Luxembourg ne fait clairement pas face aux mêmes problématiques que les gestionnaires suisses: «nous ne sommes pas touchés par Fatca car une infime partie de la clientèle privée est américaine et nous suivons les directives européennes en matière d’argent propre. Si un client souhaite rapatrier ses avoir du Luxembourg en Espagne ou en Belgique, le gérant peut très bien ouvrir un bureau là bas pour continuer la relation, c’est aussi simple que cela». Malgré le savoir-faire reconnu internationalement en matière de gestion privée en Suisse, Jean Fuchs émet des réserves sur la pérennité de cette activité dans un monde en changement permanent, où la Suisse semble vouloir rester ancrée sur certains schémas de pensée. «Que cela nous plaise ou non la communication internationale et l’échange automatique d’information sera la norme et il faut s’y adapter» ajoute-t-il. Enfin avec un secteur financier qui représente près de 40% du PIB du pays, les acteurs économiques et politiques du Luxembourg font preuve d’un esprit de collaboration évident. L’association Profil par exemple réunit les organisations faîtières de plusieurs secteurs (gestion collective, gestion privée, assurances etc) mais aussi la bourse du Luxembourg ou encore la chambre de compensation Clearstream afin de parler d’une seule voix ou presque. L’association Luxembourg for Finance, issue d’un partenariat public-privé, assure quant à elle la promotion de la place financière luxembourgeoise au sens large. «Cette coopération et ce dialogue constant entre les différents secteurs financiers et les pouvoirs politiques est indéniablement un atout considérable. Tout en conservant leur place et leurs intérêts respectifs, pouvoirs publics et privés collaborent pour faire du Luxembourg une place financière durablement attractive et compétitive» conclue Jean Fuchs.n

Interviews TV

Voxia, Dukascopy TV et L'Agefi vous proposent sur cette page une série d'interviews réalisés durant "invest'13", les 18 et 19 septembre 2013 au Bâtiment des Forces Motrices à Genève.

CV

Jean Fuchs débute sa carrière à la Banque PARIBAS Luxembourg, où il restera 14 ans. Il la poursuit chez ATAG Asset-Management jusqu’en 2000 où il décide de fonder sa propre société : Fuchs-Associés Finance. L’entreprise se développe et il ouvre des bureaux en Belgique et en Suisse. Depuis 1999 Jean Fuchs est Président de l’ALPP (Association Luxembourgeoise des Professionnels du Patrimoine). Il est également administrateur de plusieurs Sicavs et Président-Fondateur de LAFO (Luxembourg Association for Family Offices).

 

COMPANY KEY FACTS

L’Association Luxembourgeoise des Professionnels du Patrimoine est une association sans but lucratif. Elle compte plus de 100 sociétés indépendantes établies au Luxembourg. Les activités couvrent l’ensemble des services liés aux intérêts financiers et patrimoniaux d’une clientèle internationale comme le conseil en investissement, la domiciliation et l’administration de sociétés, les fonds communs de placement etc