UBS place Martin Blessing à la tête de l'activité de gestion de fortune

jeudi, 14.12.2017

La banque UBS a nommé un nouveau responsable pour son activité de gestion de fortune, qui présente une importance stratégique majeure au sein du groupe. Martin Blessing, actuel président d'UBS Suisse ainsi que de la division Personal & Corporate Banking, chapeautera désormais cette ligne de métier. Il remplace au 1er janvier Jürg Zeltner, qui est éjecté du comité de direction et va quitter la banque en 2018.

 

A la tête de la banque suisse d'UBS depuis septembre 2016, M. Blessing affiche des résultats financiers solides et un record en terme de nouveaux clients, indique jeudi le géant de la Paradeplatz, qui loue également son implication dans la stratégie numérique. Par le passé, le banquier a oeuvré 15 ans à la direction de Commerzank, dont une période en qualité de président de celle-ci.

 

Jürg Zeltner a dirigé l'activité gestion de fortune hors Etats-Unis durant neuf ans, période durant laquelle il a siégé au comité de direction. Qualifié de "vétéran" d'UBS, le responsable a repositionné cette ligne de métier et accru les affaires dans la région Asie/Pacifique auprès des clients très fortunés. Il avait commencé au sein de la banque aux trois clés en 1984 par un apprentissage.

 

Ce changement entraîne des rocades au sein de la direction d'UBS, avec des changements de portefeuille. Actuel directeur opérationnel (COO) du groupe, Axel Lehmann, va prendre la succession de M. Blessing à la tête de la banque suisse et de la division Personal & Corporate Banking.

 

Sabine Keller-Busse reprendra les fonctions de COO, qui comprendront désormais aussi les ressources humaines dont elle s'occupait déjà. La responsable siège à la direction depuis 2016.

 

Tous les changements seront effectifs au 1er janvier 2018.

 

Suite aux difficultés rencontrées après la crise financière de 2008, UBS s'est recentré sur son activité de gestion de fortune, au détriment de la banque d'affaires, et compte sur cette ligne de métier pour générer une grande partie de sa croissance.





 
 
 
 

AGEFI


 

 



...