Deux doctorants suisses prêts à défendre leur thèse en 180 secondes

mardi, 26.09.2017

Les deux doctorants suisses sont qualifié pour la finale internationale du concours "ma thèse en 180 secondes" se tenant à Liège. Ils devront présenter leur thèse au jury et au public, de manière claire, ludique et concise, en 3 minutes chrono.

Sarah Olivier, doctorante à l’Université de Genève (UNIGE), et Amaël Cohades, doctorant à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), représenteront la Suisse au concours international "Ma thèse en 180 secondes" à Liège.

Le 28 septembre prochain à Liège (Belgique), l’édition 2017 du concours «Ma thèse en 180 secondes» connaîtra ses grand-e-s gagnant-e-s.

Pour la deuxième année consécutive, des doctorant-e-s suisses participent à la finale internationale de cette compétition francophone visant à communiquer de manière claire, concise et néanmoins ludique des travaux de recherche, ceci en 3 minutes maximum.

Sarah Olivier, doctorante à l’Université de Genève (UNIGE), et Amaël Cohades, doctorant à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), représenteront la Suisse à l’occasion de cette soirée, accueillie en 2017 par l’Université de Liège au studio Média Rives de la RTBF.

La thèse de Sarah Olivier porte sur "la mémoire mérovingienne au travers de ses réécritures.Transmission, renouvellement, légitimation (XIVe-XVe siècles)", tandis que Amaël Cohades s'attaque aux "matériaux composites fonctionnels alliant tolérance à l’endommagement et auto-cicatrisation".

Un défi de taille attend nos deux candidat-e-s : présenter leur thèse au jury et au public venus assister à l’événement, face à 17 autres concurrent-e-s venu-e-s de 14 pays différents. Sous la présidence d’Alain Vanderplasschen (prix GSK Vaccines 2016), le jury décernera trois prix. L’assistance sera également amenée à voter pour son ou sa candidat-e préféré-e.

Les deux doctorant-e-s suisses se sont qualifiés pour cette finale internationale à travers un long processus. Sélectionné-e dans un premier temps par le biais de compétitions organisées dans leurs universités d’attache, il et elle ont remporté la possibilité de participer à la finale nationale du concours, qui s’est déroulée en mai dernier à Genève. Leurs prestations lors de cette finale suisse leur ont alors ouvert les portes de l’événement international.

Le concours vise à mettre en lumière la relève scientifique dans toutes les disciplines (Sciences et Techniques, Sciences de la Santé, Sciences humaines et sociales) et à encourager les jeunes chercheurs à vulgariser leurs travaux de recherche.  « Ma Thèse en 180 secondes » s’inspire de la compétition, née en Australie en 2008 à l’Université du Queensland, « Three minute thesis», réunissant pour la première fois 160 chercheurs.





 
 
 
 

...