Von Roll limite les dégâts en 2017 mais reste dans le rouge

mardi, 13.03.2018

Le fournisseur de l'industrie Von Roll a redressé la barre l'an dernier, sans toutefois parvenir à renouer avec la rentabilité nette.

La rentabilité de Von Roll a souffert de charges non récurrentes liées à la cession de ses activités hydrauliques. (keystone)

Les revenus de Von Roll se sont enrobés de 4,1% à 332,4 millions et les entrées de commandes de 2,8% à 336,1 millions de francs, détaille mardi le rapport annuel.

Le résultat d'exploitation (Ebit) est passé d'un déficit de 17,3 millions en 2016 à un gain de 4,5 millions de francs. La perte nette a été ramenée à 4,8 millions, contre 30,3 millions un an plus tôt.

Le conglomérat soleurois rappelle que sa rentabilité a souffert de charges non récurrentes liées à la cession de ses activités hydrauliques, regroupées jusqu'ici au sein de la filiale Von Roll BHU Umwelttechnik.

Comme au titre de 2016, les actionnaires devront faire l'impasse sur la perception d'un dividende.

Les revenus du segment isolation se sont étoffés de 3,5% à 228,6 millions de francs et ceux tirés des matériaux composites de 5,4% à 103,5 millions de francs. La rubrique "autres" regroupant les actifs destinés à être cédés a vu sa maigre contribution multipliée par près de quatre à quelque 179'000 francs.

Les changements de périmètre ne sont pas restés sans effet sur les effectifs, qui ont fondu de près de 10% à 1536 équivalents plein-temps.

Le transfert du siège de la vénérable entreprise de Wädenswil vers Breitenbach s'est achevé à l'été et permet désormais de regrouper l'ensemble des fonctions administratives dans la commune soleuroise.

La direction ne s'aventure pas sur le terrain des prévisions chiffrées pour l'année en cours, se contentant d'évoquer "un nouvel exercice de stabilisation". L'accent sera dans l'immédiat exercé sur la limitation des sources de pertes et le renforcement des activités poursuivies, plus que sur la recherche de nouveaux débouchés. Les mesures adoptées l'an dernier doivent porter leurs premiers fruits en matière de réduction des dépenses de matériel.

La confiance demeure de mise notamment pour les activités d'isolation électrique et thermique, au vu de l'évolution des marchés de l'automobile, de l'électromobilité ou encore de l'entreposage énergétique.(awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...