Challenge Debiopharm-Inartis: les lauréats sont connus

lundi, 20.11.2017

Le deuxième Challenge Debiopharm-Inartis récompense un jeu éducatif pour adolescents et un dispositif pouvant aider les patients atteints de tremblements.

Doté d'une enveloppe de 50'000 francs, dont un premier prix de 25'000 francs, le Challenge Debiopharm-Inartis 2017 a été remis aujourd’hui au CHUV à deux projets ex-aequo. Lancé en décembre 2016, ce deuxième concours d'idées et de projets destinés à améliorer la qualité de vie des patients a remporté un vif succès avec 83 équipes en lice contre 35 équipes en 2016. Il sera reconduit en 2018.

 

La deuxième édition du Challenge Debiopharm-Inartis a récompensé aujourd’hui au CHUV, à Lausanne, un projet genevois et un projet vaudois ex-aequo. Co-créé par Debiopharm Group et la Fondation Inartis, ce challenge encourage l'innovation dans le domaine de la santé et récompense des projets réalistes destinés à améliorer le confort et la qualité de vie des patients en cours de traitement.

Développé par deux professeures du Centre Suisse des Maladies du Foie de l’Enfant, Barbara Wildhaber et Valérie McLin, médecins aux HUG, à Genève, le premier projet distingué ex-aequo «KidsE» est un «serious game», disponible sur ordinateur et tablette, permettant à l’enfant et l’adolescent transplanté ou en voie de le devenir, d’apprivoiser sa maladie et son dossier médical pour faire un meilleur suivi de sa maladie. Avec l’objectif de responsabiliser les jeunes patients pour augmenter les chances de réussite des greffes, ce modèle pourrait, à terme, être appliqué à d’autres types de transplantations et même d’autres maladies chroniques.

 

 

 

 

 

Le second lauréat, intitulé Tremor, a été initié par un groupe d’étudiants et d’étudiantes en MBA à l’IMD dans le cadre d’un workshop d’une semaine dédié à l’innovation organisé à UniverCité – Renens. Il consiste à aider les patients souffrants de tremblements chroniques à boire sans renverser le liquide de leur verre et sans avoir recours à une paille.

 

 

 

« L’édition 2017 du Challenge Debiopharm-Inartis nous rappelle que l’innovation peut provenir d’idées très simples et non-forcément technologiques, qui sont considérées à l’aune d’une problématique nouvelle. C’est le cas du projet Tremor, qui est parti d’une solution technologique complexe et coûteuse pour prendre forme dans un prototype, financièrement accessible et à larges applications », complète Benoît Dubuis, Président de la Fondation Inartis et co-créateur du Challenge Debiopharm-Inartis.

 

 

L’un des lauréats de 2016, le projet «HelloMask», issu de l’EPFL, un masque d’hôpital transparent permettant une meilleure communication entre patients et soignants, a pu lever des fonds pour poursuivre ses recherches, en collaboration avec l’Institut Fédéral des Matériaux de St-Gall, dans le but de valider une preuve de concept avec un matériau adéquat.

 

Autre lauréat ex-aequo l’an dernier, le projet «5ème mur», un écran flexible, organique et connecté suspendu comme un voile au-dessus des lits des patients en milieu hospitalier, est en discussion avec un groupe industriel.

 

 





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...