Metall Zug a vu sa rentabilité plombée par les investissements en 2017

jeudi, 22.03.2018

Le conglomérat industriel Metall Zug a essuyé l'an dernier un tassement marqué de sa rentabilité, attribué à des investissements dans la numérisation des processus et produits, ainsi qu'à la rénovation de son site de production zougois.

Frais engagés pour la numérisation des processus et produits.

Le conglomérat industriel Metall a vu sa rentabilité plombée par des investissements dans la numérisation des processus et produits. Des frais ont également été engagés dans la rénovation de son site production zougois pour appareils ménagers.

La restructuration de l'unité dédiée à la désinfection et la stérilisation de matériel médical Belimed, tout comme celle de  d'usinage de câbles Schleuniger pèse également lourd dans les résultats.

Le conseil d'administration proposera néanmoins aux actionnaires un dividende inchangé au titre de 2017, de 7,00 francs par nominative de série A et de 70,00 francs par nominative de série B.

Le chiffre d'affaires est demeuré pratiquement stable sur un an à 959,2 millions de francs, mais l'excédent d'exploitation (Ebit) a plongé de plus de 40% à 53,0 millions. Hors exceptionnels, le tassement de la rentabilité opérationnelle aurait été ramené à 17%, assure la société zougoise, qui calcule un Ebit ajusté de 73,8 millions. Le bénéfice net a été élagué d'un bon cinquième à 67,7 millions.

La performance financière, même ajustée et nonobstant l'avertissement sur résultat émis en novembre dernier, douche les attentes des analystes consultés par AWP, qui articulaient en moyenne un Ebit de 75,4 millions de francs pour un bénéfice net de 76,1 millions.

Les appareils ménagers commercialisés sous la marque V-Zug ont généré des revenus de 587,4 millions de francs, en recul de 2%. L'Ebit de cette division a fondu de près de 15% à 65,4 millions.

Belimed reste en soins intensifs

Belimed a vu ses recettes s'éroder de manière "inattendue" sur la seconde moitié de l'année, en raison de difficultés de livraison éprouvées par certains sous-traitants et de retards dans la production induits par l'introduction du système informatique SAP sur les sites de Grosuplje en Slovénie et de Mühldorf en Allemagne.

Le chiffre d'affaires de l'unité dédiée à la désinfection et à la stérilisation a reculé de 6% à 193,4 millions de francs. La perte d'exploitation a été multipliée par plus de cinq à 64,2 millions. Metall Zug précise que si ses efforts se sont concentrés sur la subdivision Medical, c'est désormais Life Science qui fait l'objet d'un traitement particulier.

Schleuniger à l'inverse a étoffé sa contribution aux revenus de 14% à 180,5 millions de francs. Frais d'intégration et projets de croissance ont toutefois bridé la rentabilité et l'Ebit a cédé 2% à 22,3 millions.

La direction prévient d'ores et déjà que l'année 2018 constituera un nouvel exercice "de transition", marqué de surcroît par des incertitudes sur l'évolution des changes et un environnement concurrentiel exigeant. La consolidation du fabricant de dispositifs médicaux Haag-Streit, dans lequel Metall Zug s'est offert une majorité de contrôle le mois dernier, doit néanmoins permettre au groupe de retrouver la voie de la croissance et l'excédent d'exploitation ajusté doit retrouver des couleurs.

Belimed n'en a pas encore fini avec les restructurations, en dépit de pertes opérationnelles cumulées de 77 millions de francs sur les sept dernières années, tacle Vontobel dans un commentaire. L'établissement zurichois salue en revanche la performance de Schleuniger et juge la valorisation de l'entreprise raisonnable.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) note que le flux de trésorerie ne s'est que marginalement amoindri en comparaison annuelle et relève une amélioration de la visibilité. Les sempiternels déboires de Belimed risque de peser sur le cours de l'action.
Dans les premiers échanges, la nominative Metall Zug cédait de fait 3,3% à 3425 francs, dans un SPI en retrait de 0,55%.(awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...