Taurus, la nouvelle bourse genevoise de cryptomonnaies

lundi, 02.07.2018

La société Taurus Group, basée à Genève, annonce le développement d'une plateforme de négoce d'actifs digitaux et de cryptomonnaies, après avoir obtenu début juin le feu vert du régulateur financier (Finma).

La plateforme genevoise permettra de négocier les cryptomonnaies.(keystone)

"Notre objectif est de créer un Nasdaq européen des actifs digitaux", précise lundi à AWP Lamine Brahimi, co-fondateur de Taurus Group. Il s'agit de constituer la pièce manquante à l'édifice, avec la mise en place en Suisse d'une plateforme de négoce entièrement réglementée pour ce genre d'actifs, afin de devenir "une contrepartie de référence pour les investisseurs institutionnels et privés".

Concrètement, la plateforme permettra de négocier les cryptomonnaies (bitcoin, ethereum, litecoin, etc.) et les jetons (tokens) issus des "Initial Coin Offerings" (ICO), soit des actifs digitaux adossés à la blockchain, explique M. Brahimi. Ceux-ci seront soumis à un strict processus d'enquête approfondie ("due-diligence") et pourront aussi correspondre à des valeurs mobilières. 

Taurus a déjà été contactée par des sociétés cotées en Bourse, dans les matières premières par exemple, qui voulaient adosser leurs actions à la blockchain. Le projet s'adresse d'abord aux clients et aux investisseurs qualifiés, d'une certaine importance. L'ouverture aux particuliers est également possible, par exemple pour les clients intéressés par le négoce de parts de biens, mais ce n'est pas le coeur du projet. 

Le "Nasdaq européen" en la matière reste à créer et les initiateurs du projet genevois comptent sur la rapidité de circulation de capitaux en Europe pour répondre pleinement aux besoins de liquidités et donc assurer le succès du projet. La société se targue d'avoir déjà "gagné des contrats importants" avec des institutions financières suisses.(awp)

 

 





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...