Le prix des loyers devrait chuter de près de 10%

jeudi, 18.01.2018

La concurrence sur le marché des appartements locatifs est toujours plus intense. D'après UBS, avec une augmentation de près de 3%, leur taux de vacance devrait atteindre en 2019 un nouveau record historique.

La concurrence sur le marché des appartements locatifs est toujours plus intense. D'après UBS, avec une augmentation de près de 3%, leur taux de vacance devrait atteindre en 2019 un nouveau record historique.

Le prix des loyers pour les appartements devrait fortement se contracter en Suisse sur les trois prochaines années, avec un recul anticipé de 10%, ont indiqué jeudi les spécialistes d'UBS. Les tarifs des maisons devraient par contre encore augmenter cette année, portés notamment par les faibles taux d'intérêt.
La frénésie de construction dans l'immobilier locatif devrait se répercuter par une augmentation de 3% du taux de vacance d'ici 2019, un "nouveau record historique", selon les économistes de la banque aux trois clés. La hausse du nombre d'appartements vacants devrait par conséquent peser sur le niveau des loyers.
"Les loyers existants ne devraient guère baisser car, en comparaison historique, ils ne sont pas exagérés. En revanche, les loyers proposés pour les appartements arrivant sur le marché sont toujours environ 20% plus élevés que ceux des logements déjà loués", ont-ils précisé dans un communiqué.
Pour Claudio Saputelli, responsable Global Real Estate chez UBS, "sans un net recul des activités de la construction ou l'arrivée d'une nouvelle vague d'immigration, les loyers à l'offre devraient reculer de 10% d'ici 2020".
Concernant l'accession à la propriété, la faiblesse des taux hypothécaires devrait encore soutenir le marché. Mais le niveau élevé des prix continue de peser, une situation qui privilégie les petits appartements.
Les prix des appartements sont attendus stables, tandis que ceux des maisons sont anticipés en hausse de 0,5%.
Quant à l'immobilier de bureaux, dont les prix ont chuté de 10%, il se négocie toujours "avec des décotes substantielles", a souligné UBS.
Si l'excédent d'offre s'est stabilisé, la pression reste forte sur ce segment avec l'arrivée sur le marché de nouveaux projets jusqu'à présent en construction. Les loyers pour ce type de biens devraient également reculer.(awp)





 
 
 
 

AGEFI

Réservé aux abonnés

Le quotidien
(avec PDF)

 

 

 




...