La reconnaissance faciale 3D s'étend

mercredi, 11.08.2010

La Banque privée genevoise Pictet filtre ainsi l'accès à ses bâtiments depuis 2006.

giuseppe melillo

Plusieurs aéroports ont récemment adopté un système de reconnaissance faciale. Cela leur permet de détecter discrètement les voyageurs au comportement suspect ou fichés. A Genève, plusieurs grandes entreprises de l'industrie et de la banque ont également introduit cette technologie. Il ne s'agit pas pour elles de ficher leurs employés mais d'empêcher l'accès non autorisé à leurs bâtiments. Certaines d'entre elles cependant ont dû faire marche arrière parce que leurs collaborateurs ont rejeté cette méthode qui crée un certain malaise. «La reconnaissance faciale tridimensionnelle est jugée psychologiquement plus intrusive que les empreintes digitales»;, confie l'Association des responsables de sécurité de banque.
Pionnière dans ce domaine, la banque privée genevoise Pictet, utilise pourtant ce procédé auprès de ses 2000 employés depuis 2006. Quelle est sa recette? «La communication avec les collaborateurs est essentielle»;, confie Jean-Pierre Therre, responsable de la sécurité de la Banque Pictet. Si vous expliquez clairement le fonctionnement de cette technologie, les employés l'acceptent plus facilement.»;
Leurs principales craintes? Apparemment, ceux-ci ne redoutent pas que le scan de leur tête serve à des études morpho-psychologiques, mais plutôt qu'il permette à l'employeur des investigations sur leur état de santé et son évolution et que cela ne viole leur sphère privée. «Les employés craignent parfois que le scan de leur visage n'atteigne leur santé, ce qui n'est pas le cas parce que la machine filme tout simplement»;, précise Jean-Pierre Therre.
L'entreprise doit aussi respecter un cadre légal et réglementaire, notamment les articles 4 et 11 de la loi sur la protection des données. La récolte des données personnelles doit être légale, elle doit être transparente et proportionnelle au but fixé et sa finalité doit être claire. Un employeur ne peut  en profiter pour récolter des informations dans un autre but que celui annoncé. De plus, le fichier  des données biométriques, hautement sécurisé, n'entretient aucun contact avec le réseau Internet, ce qui prévient les tentatives de piratage. La banque de données ne contient pas non plus de photos des collaborateurs, mais l'analyse des scans de leur crâne selon plus 40.000 points de repères, dont on ne peut rien faire. La protection est également physique. «En cas de panne ou d'incendie par exemple, le système biométrique, fortement redondant, ne peut pas enfermer les collaborateurs à l'intérieur des bâtiments. C'est la règlementation qui l'impose.
«Le problème principal de la biométrie, c'est son intégration à grande échelle dans un environnement, note Jean-Pierre Therre. Un individu doit pouvoir pénétrer par une entrée, sortir par une autre issue, revenir par une troisième  dans plusieurs bâtiments. Il faut donc s'équiper d'un système capable de gérer un grand nombre de données simultanément.»; Plusieurs solutions existent sur le marché. Des entreprises suisses proposent des logiciels en mesure de tirer parti de composants biométriques existants, qui évoluent très rapidement et se miniaturisent. «Ces systèmes  pourraient connaître une expansion rapide dans les entreprises, car ils permettent une identification plus confortable»;, note Jean-Pierre Therre. Un employé peut perdre son badge dans la rue, se le faire voler ou transmettre, volontairement ou non, son code PIN. Combinée avec d'autres systèmes de sécurité, la reconnaissance faciale permet d'être certain que la bonne personne accède à des locaux sécurisés. Plus sûre, elle  permet aussi de gérer un flux important de collaborateurs en un laps de temps très court: environ une heure le matin et durant les pauses. «La reconnaissance faciale en 3D n'est  pas infaillible, des individus ont  réussi à tromper un tel système»;, confie Nicolas Rebetez, CEO de la société genevoise Sensometrix, spécialisée dans la reconnaissance par les veines de la main.


 
 

 


...