La Finma voit dans les cyberattaques le principal risque pour les banques

mardi, 27.03.2018

En 2017, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a ouvert plusieurs procédures d'examen approfondi dans la lutte contre la cybercriminalité, pour laquelle elle appelle une plus grande coopération interdisciplinaire.

La cybercriminalité a donné du fil à retordre à l'autorité de tutelle des banques.(keystone)

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a été fortement sollicitée l'année dernière, et a notamment enquêté sur de sérieux cas de manipulation de marché et d'opérations d'initiés. Elle a également été active dans le domaine du blanchiment d'argent, où elle a ouvert plusieurs procédures d'examen approfondi (enforcement), ainsi que dans la lutte contre la cybercriminalité, pour laquelle elle appelle de ses voeux une plus grande coopération interdisciplinaire.

Bien qu'ayant été mis à contribution en 2017, le gendarme des marchés a insisté sur le fait que la "grande majorité des établissements financiers" se comportent et fonctionnent correctement. Reste que les manquements de quelques rares établissements ont porté ombrage à la réputation de la place financière helvétique, note la Finma mardi dans un communiqué en marge de sa conférence de presse annuelle.

La cybercriminalité a donné du fil à retordre à l'autorité de tutelle des banques, pour qui les cyberattaques constituent désormais "le principal risque opérationnel pour le système financier" selon les propos de son directeur Mark Branson. Le régulateur dit avoir approfondi "de manière ciblée" ses connaissances dans ce domaine.

M. Branson a par ailleurs plaidé en faveur d'une intensification des échanges interdisciplinaires concernant les cyberrisques, "tant au sein du secteur public qu'avec d'autres acteurs de la branche".

Les nouveaux modèles d'affaires, en particuliers ceux en lien avec les cryptodevises, comportent à la fois des opportunités et des risques pour les clients. Le but de la Finma est que les innovateurs apportent une "saine concurrence" sans pour autant que l'intégrité de la place financière ne s'en trouve menacée.

Dans les secteurs de la réglementation et des activités d'audit, la Finma a lancé plusieurs projets permettant de renforcer encore davantage la proportionnalité, en mettant l'accent notamment sur une série d'allégements réglementaires pour les plus petits instituts présentant moins de risques.(awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...