Aryzta regarnit les rangs de sa direction avec deux nominations

vendredi, 12.01.2018

Le boulanger industriel Aryzta a nommé Dave Johnson au poste de directeur général (CEO) pour la région Amérique du nord, à compter du 23 janvier.

Le boulanger industriel Aryzta a nommé Dave Johnson au poste de directeur général (CEO) pour la région Amérique du nord, à compter du 23 janvier. John Hefferman assumera pour sa part dès le 28 février les fonctions de directeur de la stratégie (CSO) du groupe zurichois.

Les deux nouveaux responsables siègeront au comité exécutif d'Aryzta, selon le communiqué. Grâce à ces nominations, le boulanger industriel regarnit encore ses instances dirigeantes, qui avaient subi une saignée l'année dernière suite à de nombreux départs. Des consultants des sociétés de conseil KPMG et FTI Consulting avaient finalement pris des fonctions dirigeantes à titre intérimaire.

M. Johnson a oeuvré précédemment en qualité de CEO Amérique pour le négociant en cacao Barry Callebaut pendant neuf ans, poste qu'il a quitté en août dernier. Il a également occupé différents postes chez Kraft Foods. Le marché américain est le plus important pour Aryzta, avec une part des ventes de 47% l'année dernière. Le chiffre d'affaires y a chuté de 7%.
John Heffernan arrive en provenance de l'opérateur aéroportuaire irlandais DAA, où il occupait le poste de directeur du développement (CDO). Directeur général depuis mi-septembre, Kevin Toland était lui aussi auparavant un collaborateur de DAA, où il était en charge des opérations (COO).

Aryzta est en difficulté depuis quelques mois. L'année dernière le groupe a essuyé une perte de 908 millions d'euros.

Les analystes saluent la nomination des deux nouveaux responsables, la Banque cantonale de Zurich estime ainsi que la réaction des investisseurs devraient être positive. Pourtant, à 10h30, le titre lâchait 0,9% à 36,95 francs à contre-courant d'un SLI en hausse de 0,28%.

Le titre a été sous pression en début d'année 2017, mais depuis la mi-novembre, la progression est d'environ un quart. Cette dernière est porté par l'espoir d'une amélioration de la croissance et d'une marge Ebita plus élevée, croit savoir la ZKB. Le 12 mars, la publication des résultats semestriels de l'exercice décalé (clos à fin janvier) confrontera ces espoirs à la réalité.(awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...