Un Suisse sur trois a suspendu ses projets de voyages

lundi, 20.04.2020

Seuls 38% des Suisses pensant partir effectueront leur voyage comme prévu cette année, selon un sondage.

Un tiers des sondés ont annulé leur voyage ou changé leur destination. (Keystone)

Les effets de la pandémie de Covid-19 se font sentir jusque dans les vacances des Suisses, dont les trois quarts avaient prévu de partir cette année. Si la moitié d'entre eux maintient pour l'heure ses projets, un sur trois les a mis en suspens, dit un sondage.

Si les chemins de fer de montagne et les téléphériques fonctionnent à nouveau ou que les voyages vers l'Italie ou l'Espagne sont autorisés cet été, 38% des sondés pensant partir effectueront leur voyage comme prévu, selon un sondage réalisé par l'institut pour la communication et le marketing de la Haute école de Lucerne. L'institut a interrogé 1003 personnes pour étudier l'influence de la pandémie sur les habitudes de loisirs et de consommation.

Un tiers d'entre eux a annulé son voyage ou changé sa destination, rapportent lundi les journaux de CH Media. Cela vaut en particulier pour les voyages au Sud de l'Europe (16%) et en Europe centrale (15%). D'après le sondage, 28% des personnes interrogées n'avaient pas de projet de voyage.

Les Suisses remplacent les étrangers

La Suisse devrait profiter de cette vague d'annulations. Le tourisme indigène sera décisif pour de nombreuses régions touristiques, car pas, ou peu, d'hôtes étrangers sont susceptibles de venir passer leurs vacances en Suisse en raison des conséquences du coronavirus.

Des groupes importants, par exemple en provenance d'Asie ou des Etats-Unis, risquent de manquer. Cela va davantage toucher la Suisse centrale et l'Oberland bernois que les Grisons, où la part de touristes suisses était déjà importante avant la crise.

Même les Européens risquent de manquer, a précisé au 12:45 de la RTS la porte-parole de Suisse Tourisme Véronique Kanel. A cause de la rareté des moyens de transports et de la fermeture des frontières, il est très probable que l'on ne pourra pas compter sur les touristes européens avant la fin de la saison estivale, a-t-elle dit.

Habituellement, près de 45% des Suisses restent déjà au pays pour leurs vacances, ajoute Véronique Kanel qui compte cette année sur une part bien supérieure. Par défaut parce qu'ils ne pourront pas voyager à l'étranger, ou par solidarité comme ils l'ont déjà manifesté pour d'autres branches, les Suisses combleront une partie de l'absence des étrangers, a-t-elle précisé au téléjournal.

Chiffres d'affaire en recul

Un changement qui pourrait fortement aider le secteur. Les branches du tourisme, comme la gastronomie, les agences de voyage ou encore les téléphériques, font face à une baisse massive de leur chiffre d'affaire, entre 80 et 95%, a indiqué Erik Jakob, responsable de la Direction de la promotion économique au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), devant la presse à Berne. Sur l'année entière, le recul est estimé jusqu'à 35%.

Revenant sur les critiques de la branche dans la presse dominicale, Erik Jakob a indiqué que la Confédération examine différentes options visant à renforcer le tourisme et en priorité le tourisme domestique. Des programmes d'incitation sont évalués. "La promotion de vacances en Suisse joue un rôle prioritaire".

La situation ne devrait toutefois pas s'améliorer avant 2021, selon le responsable. Au niveau mondial, une détente complète n'est pas attendue avant 2022. (awp)

>>>Lire également notre dossier Coronavirus





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...