La base du PLR genevois continue de faire confiance à Pierre Maudet

mercredi, 16.01.2019

Par 341 voix, contre 312 non et 56 abstentions, les membres du PLR réunis en assemblée générale extraordinaire mardi soir ont affirmé continuer à lui faire confiance.

Avant le scrutin, Pierre Maudet avait mis en garde les militants. "Avec ma tête, c'est aux corporatistes, aux syndicalistes, aux technocrates que vous donnerez raison".(Keystone)

Réunis mardi soir en assemblée générale extraordinaire, les membres du PLR Genève ont apporté leur soutien à leur conseiller d'Etat Pierre Maudet, pris dans la tourmente judiciaire à cause d'un voyage à Abu Dhabi effectué en 2015. Le vote a été serré.

715 personnes ont participé à la consultation. Sur ce total, 341 ont accordé leur confiance au magistrat, tandis que 312 la lui ont refusée et 56 se sont abstenues. Poursuivi pour acceptation d'un avantage, Pierre Maudet a jusqu'à présent résisté aux pressions venues de la direction de son parti le poussant à démissionner.

Pierre Maudet a assuré devant les militants, avant que le vote ne débute, qu'il tiendra compte du résultat de la consultation. Il a reconnu le trouble qu'il a causé à son parti à cause de son voyage effectué, en 2015, à Abu Dhabi et qui lui vaut d'être poursuivi pour acceptation d'un avantage par le Ministère public genevois.

Par rapport à la teneur du débat, le magistrat s'est réjoui du fait qu'il se situe sur "le terrain politique, un peu moral, mais pas judiciaire." Avant le scrutin, il avait mis en garde les militants. "Avec ma tête, c'est aux corporatistes, aux syndicalistes, aux technocrates que vous donnerez raison".

Le conseiller d'Etat a affirmé qu'il tiendra compte du résultat du vote des militants. Par rapport à la teneur du débat, il s'est réjoui du fait qu'il se situe sur "le terrain politique, un peu moral, mais pas judiciaire."

Le président du PLR Genève Alexandre de Senarclens, de son côté, a confirmé qu'il quittera ses fonctions. "Je ne vais pas défendre un magistrat auquel je ne crois plus", a-t-il déclaré, tout en déplorant la fracture au sein du parti.

Un parti fracturé

Lors de l'assemblée générale, les membres du PLR sont apparus divisés et peu réceptifs aux arguments développés par l'autre camp. Les partisans du conseiller d'Etat ont mis en avant le rôle de locomotive du magistrat, estimant inimaginable de l'abandonner alors que la justice ne s'est pas encore prononcée.

Les personnes favorables à une démission de Pierre Maudet, de leur côté, ont insisté sur les mensonges répétés du conseiller d'Etat. "Tu as menti au Conseil d'Etat, à la commission de contrôle du Grand Conseil, à la presse et au public", a insisté le conseiller national Christian Lüscher, membre du comité directeur du PLR Genève.

Dans un premier temps, Pierre Maudet avait affirmé que son voyage aux Emirats, avec sa famille et son chef de cabinet, était de nature privée et avait été offert par un ami. Il s'est avéré par la suite, que le séjour avait un caractère officiel et que la facture avait été réglée par le Cheick Mohammed Bin Zayed Al Nahyan.

Les partisans de Pierre Maudet ont minimisé cette entorse à la vérité. L'un d'eux affirmant même que tous les conseillers d'Etat ont une fois ou l'autre menti. Des propos qui ont fait vivement réagir l'ancienne conseillère d'Etat genevoise Martine Brunschwig Graf. "Non, il n'est pas normal de mentir pour un magistrat".

Pas infaillible

Pierre Maudet a dit avoir pris la mesure du trouble qu'il a causé à son parti. "On se doit d'être exemplaire, mais ça ne signifie pas être infaillible", a-t-il toutefois glissé. Avant le vote des militants, Pierre Maudet leur a demandé si ses douze ans de travail à la Ville de Genève et au canton pouvaient être effacés d'un trait.

Collègue de Pierre Maudet au gouvernement genevois, Nathalie Fontanet a lancé un appel à l'unité du parti et au respect mutuel entre ses membres. "Il ne sert à rien de s'invectiver", a-t-elle souligné, rappelant à tous qu'ils défendaient les mêmes valeurs et appartenaient à la même famille.

Plusieurs intervenants se sont déclarés choqués par les révélations qui sont apparues dans le sillage de l'affaire du voyage à Abu Dhabi, comme l'existence d'associations secrètes de soutien à Pierre Maudet ou les "acrobaties financières" auxquelles s'est livré le magistrat pour obtenir certaines déductions fiscales.

Des intervenants ont déclaré avoir découvert une autre facette de Pierre Maudet, dont ils ignoraient l'existence. Christian Lüscher, par exemple, s'adressant à Pierre Maudet, a indiqué que cette affaire lui avait fait découvrir "une face inconnue" de la personnalité du magistrat.(ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...