La vague verte se renforce encore, le PLR connaît un coup d'arrêt

mercredi, 09.10.2019

Les Verts et les Verts'libéraux grappillent du terrain à l'approche des élections fédérales.

Les Vert'libéraux captent l'attention des abstentionnistes, mais aussi des électeurs des partis du centre ainsi que du PS et du PLR. (Keystone)

Les intentions de vote en faveur des Verts et des Vert'libéraux (PVL) se sont légèrement renforcées à une semaine et demie des élections fédérales. A l'inverse, le PLR connaît un coup d'arrêt, selon le dernier baromètre SSR diffusé mercredi.

Verts (10,7% des intentions de vote) et Vert'libéraux (7,3%) ont grappillé respectivement 0,1 et 0,4 point depuis le précédent sondage réalisé début septembre. Depuis le scrutin de 2015, le parti de gauche a progressé de 3,6 points, tandis que son cousin centriste a cru de 2,7 points. Les deux partis, bien qu'affichant des positions différentes sur de nombreux thèmes, totalisent 18% des intentions de vote. La marge d'erreur du sondage est de plus ou moins 1,4 point.

Les intentions de vote en faveur des Verts s'expliquent principalement par leur capacité à drainer le vote des abstentionnistes, même si le parti écologiste attire également une partie des socialistes. Les Vert'libéraux captent l'attention des abstentionnistes, mais aussi des électeurs des partis du centre ainsi que du PS et du PLR.

UDC et PDC en reprise

Deux formations politiques sont parvenues à inverser la tendance en ce début d'automne: l'UDC et le PDC. La première a gagné 0,5 point depuis le dernier sondage et se voit attribuer 27,3% des intentions de vote. En quatre ans, le parti recule toutefois de 2,1 points. Quant au PDC (10,6%), il reprend quelques couleurs (+0,4 point). Les démocrates-chrétiens avaient obtenu 11,6% des voix en 2015. Le PBD (2,8%) a également regagné en popularité (+0,3 point), mais il risque d'être loin d'égaler ses résultats de 2015 (4,1%) au soir du 20 octobre.

A l'inverse, la dernière ligne droite est plus compliquée pour le PLR. Les libéraux-radicaux, qui étaient crédités de 16,7% des intentions de vote en septembre, chutent de 1,5 point (15,2%). La dynamique est également négative pour les socialistes qui, avec une popularité de 18,2%, perdent 0,6 point en un mois. Les socialistes avaient obtenu 18,8% des voix et le PLR 16,4% en 2015.

Le sondage fait apparaître un récent transfert d'électeurs du PLR en direction de l'UDC. Les élus libéraux-radicaux au Conseil des Etats ont approuvé lors de la session d'automne d'inscrire dans la loi sur le CO2 des mesures renchérissant le prix des carburants ainsi qu'une taxe sur les billets d'avion. Mais malgré cette décision, le parti perd également des électeurs au profit du PVL.

Une majorité de ses électeurs soutient malgré tout la ligne du parti (37%), qui doit toutefois composer avec une forte minorité (35%) souhaitant un engagement plus fort sur la question climatique. Pour un grand quart des sympathisants PLR (28%), le parti en fait trop sur ce thème.

Primes d'assurance maladie

Au total, la gauche (PS et Verts) passe de 25,9% à 28,9% en quatre ans. Le centre (PVL, PDC, PBD et Parti évangélique) connaît une légère de progression, passant de 22% à 22,3%. La droite (UDC et PLR) chute de 45,8% à 42,5%.

Les préoccupations des électeurs n'ont pas changé depuis le dernier sondage. Ils citent en premier lieu les primes d'assurance maladie élevées, devant le dérèglement climatique. Le thème des relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE) a par contre perdu de son importance depuis le début de l'année.

Si la Suisse romande était un pays, ses électeurs afficheraient leur préférence pour le PLR (22,8% des voix). Les libéraux-radicaux devanceraient le PS (19,8%), l'UDC (18,5%), les Verts (13,7%) et le PDC (12,5%). Les Verts ont connu une progression de 4,5 points en quatre ans en Suisse romande. (ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...