Le National veut connaître les liens d'intérêts des cadres de l'administration

mercredi, 12.06.2019

Les sensibilités politiques des cadres de l'administration fédérale devront être plus transparentes à l'avenir.

Le National a adopté mercredi par 128 voix contre 59 une motion de Hans-Ulrich Bigler (PLR/ZH). (Keystone)

Les liens d'intérêts des cadres de l'administration fédérale devraient être répertoriés dans un registre, comme cela se passe pour les parlementaires. Le National a adopté mercredi par 128 voix contre 59 une motion de Hans-Ulrich Bigler (PLR/ZH) en ce sens. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

L'administration fédérale joue un rôle central dans la préparation des travaux législatifs. Or, on ne connaît pas les sensibilités politiques des cadres pas plus que celles de nombreux conseillers au bénéfice d'un mandat, a critiqué le motionnaire. La transparence est nécessaire pour la bonne marche des affaires et face au public.

La création d'un registre entraînerait une charge administrative démesurée, a critiqué le ministre des finances Ueli Maurer, qui a également dénoncé le risque de passer à un contrôle des opinions. Selon le Conseil fédéral, il y a suffisamment de cautèles.

Les employés fédéraux sont tenus de défendre les intérêts légitimes de la Confédération. Ils ont aussi l'obligation d'annoncer à leur supérieur toutes les charges publiques et les activités rétribuées qu'ils exercent en dehors de leurs rapports de travail.

Les activités non rétribuées doivent également être annoncées si le risque de conflit d'intérêts ne peut être exclu. Des dispositions règlent l'interdiction d'accepter des dons, le secret professionnel, le secret d'affaires et le secret de fonction, la récusation, le délai de carence et les opérations pour compte propre.

Il est en outre possible de demander auprès de l'unité administrative compétente des renseignements sur les activités accessoires des employés exerçant des fonctions dirigeantes. (awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...