Nombre record de femmes égalé au Conseil des Etats

lundi, 11.11.2019

Les femmes sont assurées d'être au moins onze au sein du futur Conseil des Etats.

Dans le canton de Fribourg, Johanna Gapany s'est emparée du siège de Beat Vonlanthen. (Keystone)

Cinq mois après la grève féministe du 14 juin, les femmes ont poursuivi leur assaut du Conseil des Etats, bastion masculin du parlement fédéral. Elles sont désormais assurées d'être au moins onze dans la future chambre des cantons, égalant le record de 2003.

Et ce score pourrait encore être battu. Plusieurs candidates sont en effet encore en lice lors des seconds tours qui doivent avoir lieu ces deux prochains dimanches en Suisse alémanique et au Tessin.

Dimanche, la surprise est venue de Fribourg, où Johanna Gapany s'est emparée du siège de Beat Vonlanthen au terme d'une journée à suspense, dont les résultats pourraient toutefois faire l'objet de recours. La candidate PLR a obtenu 31'122 voix, contre 30'964 pour le sénateur démocrate-chrétien. Le président du Parti socialiste suisse (PSS) Christian Levrat est arrivé premier avec 38'337 voix.

Dans le canton de Vaud, le PLR Olivier Français a réédité son exploit de 2015. Troisième au premier tour, il renverse la vapeur et se classe premier, avec 53,78% des voix, devant la Verte Adèle Thorens Goumaz (51,71%). Pour le Parti socialiste et sa candidate Ada Marra, c'est la désillusion. Genève a pour sa part choisi l'écologiste Lisa Mazzone au côté du socialiste Carlo Sommaruga.

Vague verte

Sept sénatrices avaient déjà été élues avant ce dimanche. Par ailleurs, on sait d'ores et déjà que c'est une femme qui représentera Bâle-Campagne. Le second tour opposera le 24 novembre la libérale-radicale Daniela Schneeberger et la Verte Maya Graf.

Cette dernière pourrait ainsi venir gonfler les rangs écologistes au Conseil des Etats, qui sont déjà passés d'un à quatre sièges. Adèle Thorens Goumaz et Lisa Mazzone viennent rejoindre les deux élus-surprises du premier tour, la Neuchâteloise Céline Varra et le Glaronais Mathias Zopfi.

Parmi les candidates écologistes encore en lice figure Regula Rytz dans le canton de Berne. La présidente des Verts suisses était arrivée deuxième du premier tour, mais elle était talonnée de très près par l'UDC Werner Salzmann.

Pertes socialistes

Malgré le renforcement des Verts, le camp rose-vert n'en sortira pas beaucoup plus fort. Le PS, qui détenait douze fauteuils jusqu'ici, en a déjà perdu trois à Neuchâtel, Bâle-Campagne et Vaud. En Argovie, Cédric Wermuth a renoncé à défendre le fauteuil laissé vacant par Pascale Bruderer, cédant la priorité la Verte Ruth Müri.

Le parti à la rose compte actuellement cinq sénateurs. Trois sortants attendent un deuxième tour pour savoir s'ils rempilent: Hans Stöckli à Berne, Paul Rechsteiner à St-Gall et Roberto Zanetti à Soleure. La présidente sortante du Conseil national Marina Carobbio est encore en lice au Tessin.

Le PDC reste premier

A l'inverse, le PDC, premier parti du Conseil des Etats sortant avec ses quatorze sièges, devrait conserver sa position, malgré la non-réélection de Beat Vonlanthen. Il compte désormais onze élus. Il a encore de bonnes chances à St-Gall, au Tessin, en Argovie ou encore à Zoug.

Le PLR a lui aussi déjà confirmé neuf des douze sièges qu'il détenait jusqu'ici. A Zurich, Ruedi Noser est en ballottage favorable devant la Verte Marionna Schlatter. En Argovie, Thierry Burkart est lui aussi en bonne voie.

L'UDC, lui, peine toujours à la chambre des cantons. Il compte actuellement trois sénateurs élus, contre cinq dans l'assemblée sortante. L'indépendant schaffhousois Thomas Minder, qui siège avec les démocrates du centre, a été réélu.

Alliances

Malgré sa relative faiblesse au Conseil des Etats, l'UDC reste la principale force politique du parlement, avec un total de 56 élus pour le moment (57 en comptant Thomas Minder). Elle devance le PS (44), le PLR (38), le PDC (36) et les Verts (32).

Grâce à l'alliance conclue entre le PDC, le PBD et le PEV, le futur "groupe du centre" monte à 42 sièges, prenant la troisième place. En intégrant les deux élus de la gauche de la gauche, le groupe écologiste passe quant à lui à 34 élus. (ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...