L’effet «Lagarde», une étape significative pour la diversité

mardi, 04.02.2020

Les femmes occupent de plus en plus souvent des postes clés dans les milieux économique et politique. La performance des organisations concernées en est durablement améliorée.

Anne Tolmunen*

Anne Tolmunen

L’Europe se trouve à un carrefour, non pas en rapport avec le Brexit mais grâce à des femmes fortes. Le 1er novembre, Christine Lagarde, ex-directrice du Fonds monétaire international (FMI) a pris les rênes de la Banque centrale européenne, et Kristalina Gueorguieva lui a succédé à la tête du FMI. Dans le même temps, Ursula von der Leyen succède à Jean-Claude Juncker au poste de présidente de la Commission européenne. Il s’agit d’une étape significative pour la cause des femmes, et les investisseurs feraient bien d’y prêter attention.

Des progrès mais encore un long chemin

L’égalité des sexes – et, partant, une plus grande diversité aux postes de direction – est une tendance de fond. Nombre de pays ont pris des mesures importantes et correctes pour davantage d’égalité, même s’ils se trouvent à des étapes différentes du processus. A la lecture du «Global Gender Gap Report 2018», les pays scandinaves occupent les premières places de l’indice du Forum économique mondial (WEF) sur l’égalité. 

Dans les entreprises également, à savoir en pourcentage de femmes siégeant dans des conseils d’administration et occupant des postes de direction, des progrès ont été accomplis. Pour Equileap, société spécialisée dans les recherches sur l’égalité, les femmes occupaient en 2018 34% des postes dans des conseils d’administration et 26% des postes de direction au sein des 200 entreprises considérées, alors que ces chiffres étaient encore de 30% resp. 20% en 2017. La Norvège, Israël et la Belgique occupent le podium. Et en juillet, la dernière entreprise cotée à l’indice S&P 500 ne comptant que des hommes au sein de son conseil d’administration a nommé une femme au sein de cet organe. Mais le chemin à parcourir pour parvenir à une véritable égalité des sexes sur le plan politique et économique est encore long - car si les chiffres et les statistiques sont une chose, vivre pleinement la diversité en est une autre.

La diversité pour gagner en performance

Depuis peu, la question de la diversité bénéficie du soutien des investisseurs. Ceux-ci ont constaté qu’une meilleure représentativité des femmes au niveau de la direction sert les intérêts de la diversité à proprement parler, mais améliore aussi la performance des entreprises concernées. Pourquoi donc? Plusieurs études ont livré des résultats intéressants: La diversité au sein d’une entreprise abaisse le taux de fluctuation du personnel et renforce l’engagement des employés. Une part de femmes plus élevée stimule l’innovation, et cet effet est encore plus marqué dans les grandes entreprises. Les femmes s’en sortent mieux en termes d’intégration après des fusions et acquisitions, et leur gestion des risques plus conservatrice leur permet d’obtenir des résultats plus durables et moins volatils. Dans l’ensemble, la diversité améliore la productivité et la performance actuelle, et elle garantit des recettes futures.

La diversité à elle seule ne peut toutefois être le seul critère de sélection pour une stratégie de placement. Les chiffres publiés traditionnellement par les entreprises constituent encore une bonne base d’analyse, mais la diversité et l’inclusion sont des indicateurs auxiliaires intéressants. Il n’est cependant pas évident d’identifier de telles entreprises. Les données sur le nombre de femmes travaillant au sein de l’entreprise et de celles occupant des postes de direction sont rapidement collectées. Il y a toutefois une différence entre diversité et inclusion, cette dernière étant plus difficile à quantifier. On serait tenté d’affirmer que la diversité est une réalité mais que l’inclusion doit encore progresser.

L’inclusion, un élément central

L’inclusion est la culture d’entreprise mise en place et appliquée par les organisations; elle comprend des facteurs matériels et immatériels. La culture d’une entreprise permet-elle aux femmes d’accéder à égalité de droit aux promotions et augmentations de salaire? Comment une entreprise gère-t-elle les problèmes liés à la diversité et à la discrimination? Les premiers fournisseurs de données collectent des informations détaillées et révélatrices sur les pratiques des entreprises en matière d’égalité des sexes et de diversité. 

Les entreprises ont tout intérêt à promouvoir la diversité et l’inclusion. Il ne s’agit pas seulement d’une demande de la société à laquelle il faut répondre. Les entreprises - et les investisseurs - admettent de plus en plus volontiers que l’égalité et l’inclusion sont des atouts concurrentiels mais aussi un facteur de croissance essentiel à long terme. Les investisseurs qui souhaitent tirer parti de l’effet «Lagarde» peuvent opter pour une stratégie d’investissement active dans des fonds thématiques misant sur la diversité.

* Portfolio Manager, AXA Investment Managers





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...