Coronavirus: les employeurs ne veulent pas payer de salaire pour une quarantaine

vendredi, 03.07.2020

Les employeurs ne veulent pas payer de salaire pour une quarantaine, signale l'Union patronale suisse. En effet, pour l'association il s'agit d'un empêchement de travailler que l'employé s'est infligé lui-même.

Le Conseil fédéral a publié jeudi une liste de 29 pays considérés comme étant à risque. A partir de lundi, toute personne entrant en Suisse en provenance d'un de ces pays devra rester en quarantaine pendant dix jours. (keystone)

Les employés qui doivent être mis en quarantaine après leur retour d'un pays à risque pour le coronavirus n'ont pas droit à un salaire pendant cette période. C'est ce que signale l'Union patronale suisse. Il s'agit d'un empêchement de travailler que l'employé s'est infligé lui-même, écrit vendredi l'Union patronale suisse. Elle recommande aux employeurs d'informer leurs employés avant un voyage privé dans un pays à risque qu'ils ne seront pas payés pendant la période de quarantaine.

La situation est différente pour les voyages d'affaires. Ceux-ci ne doivent être effectués qu'avec modération. Toutefois, si un voyage d'affaires dans un pays à risque est inévitable, l'employeur doit payer le salaire pendant la quarantaine.

Indemnité

L'Union patronale souligne que, sous certaines conditions, les employés peuvent être obligés de verser une indemnité s'ils se rendent à titre privé dans un pays à risque malgré l'interdiction de l'employeur. L'organisation patronale approuve la nouvelle réglementation fédérale, car elle veut éviter un deuxième confinement qui aurait de graves conséquences pour l'économie et la société.

Le Conseil fédéral a publié jeudi une liste de 29 pays considérés comme étant à risque. A partir de lundi, toute personne entrant en Suisse en provenance d'un de ces pays devra rester en quarantaine pendant dix jours. Parmi ces pays à risque figurent notamment les Etats-Unis, la Suède, la Serbie et le Kosovo.(ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...