Engagement des entreprises pour réduire davantage le sucre

mardi, 27.08.2019

Le ministre de la santé Alain Berset a fixé de nouveaux objectifs avec l'industrie agro-alimentaire et des détaillants pour réduire davantage le sucre.

Malgré certains progrès, les teneurs en sucres dans les yoghourts et les céréales restent considérables, a relevé le conseiller fédéral Alain Berset. (Keystone)

Les yoghourts et les céréales pour le petit-déjeuner contiennent encore beaucoup trop de sucre en Suisse. Le ministre de la santé Alain Berset a fixé mardi de nouveaux objectifs de réduction de la teneur en sucre avec l'industrie agro-alimentaire et des détaillants.

Quatorze entreprises ont décidé de prolonger la "Déclaration de Milan". D'ici 2024, les teneurs en sucres baisseront de 10% dans les yoghourts et de 15% dans les céréales. Avec 110 grammes par jour, la population suisse consomme deux fois trop de sucres par rapport aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

Signée en 2015 durant l'Exposition universelle sur une base volontaire, la Déclaration de Milan portait sur une période de quatre ans. Depuis, l'Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV) a mené trois enquêtes auprès des entreprises concernées. Elles montrent que les objectifs ont été atteints, voire dépassés, a indiqué Alain Berset devant la presse.

Diminution notable

Les yoghourts en Suisse contenaient en 2018 en moyenne 8,8 grammes de sucre pour 100 grammes, soit une diminution de 3,5% comparé à 2016. Les entreprises qui ont adhéré à la Déclaration de Milan dès le début affichent une baisse de 4,3%.

Les céréales du petit-déjeuner se composent encore de 15 grammes de sucre pour 100 grammes, ce qui représente 13% de moins qu'en 2016. Les entreprises qui ont signé la déclaration dès 2015 enregistrent une baisse de 16%.

Malgré ces progrès, les teneurs en sucres dans les yoghourts et les céréales restent considérables, a relevé le conseiller fédéral. Les conséquences pour la santé sont importantes, avec l'augmentation des maladies non transmissibles en Suisse, a-t-il ajouté.

Base volontaire

Les nouveaux objectifs qui ont été fixés se poursuivront sur une base volontaire. Le Département fédéral de l'intérieur pourra le cas échéant exclure de la Déclaration de Milan les entreprises qui n'auront pas fait d'efforts suffisants.

Ces objectifs sont ambitieux, a estimé Fabrice Zumbrunnen, président de la direction de Migros, au nom des entreprisessignataires. La réduction de sucre ne passe pas inaperçue auprès du consommateur. Raison pour laquelle la baisse se déroule par étapes.

Le sel aussi

Pour l'instant, le texte se concentre sur les yoghourts et les céréales, des produits réputés sains. Mais la réduction des teneurs en sucres sera étendue à d'autres produits. La diminution du sel figure aussi désormais dans la déclaration, a annoncé Alain Berset. Il s'agit notamment de faire la chasse au surplus de sel dans les sauces ou le pain.

Les objectifs de réduction des sucres et du sel dans les nouveaux groupes d'aliments seront fixés fin 2020 au plus tard. Le prochain bilan intermédiaire sera tiré en 2022.

Les 14 entreprises signataires de la Déclaration de Milan sont Aldi Suisse, bio-familia, Bossy Céréales, Coop, Cremo, Danone, Emmi Suisse, Kellogg (Schweiz), Lidl Suisse, Migros, Molkerei Lanz, Nestlé Suisse, Schweizerische Schälmühle E.Zwicky et Wander. (ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...