La Slovaquie sous les projecteurs

dimanche, 17.03.2019

La Slovaquie sort de son silence avec l'élection présidentielle. Ce qu'il faut savoir sur ce pays.

La candidate aux élections présidentielles, Zuzana Caputova, est la favorite de ce scrutin perçu comme un tournant pour le proche avenir du pays. (Kesytone)

La Slovaquie, qui a entamé samedi une élection présidentielle à deux tours, a passé des décennies derrière le rideau de fer avant de rejoindre l'Union européenne, la zone euro et l'Otan. La libérale Zuzana Caputova, critique du gouvernement de gauche, est arrivée largement en tête du premier tour de l'élection présidentielle en Slovaquie samedi. Elle affrontera le commissaire européen Maros Sefcovic lors du second tour le 30 mars.

Récemment, l'assassinat d'un journaliste enquêtant sur la corruption de haut niveau et la mafia italienne a conduit aux plus grandes manifestations antigouvernementales depuis la chute du régime communiste dans ce pays de 5,4 millions d'habitants.

Economie motorisée

Premier producteur mondial de voitures par tête d'habitant, la Slovaquie accueille sur son sol quatre grands sites automobiles: Volkswagen, Kia Motors, PSA Peugeot Citroën et Jaguar Land Rover.

L'an dernier, plus d'un million de voitures ont quitté les chaînes de montage slovaques et leurs exportations se sont chiffrées à 3,7 milliards d'euros.

Le secteur automobile représente 44% de l'ensemble de la production industrielle du pays.

L'économie slovaque devrait connaître une croissance de 4,5% cette année, comparé à 4,2% en 2018.

Le Parlement a approuvé pour 2019 un budget en équilibre, une première dans l'histoire moderne du pays.

Paradis touristique

Faisant partie des plus petits membres de l'UE, la Slovaquie est riche de ses trésors touristiques dont neuf parcs nationaux, plus de 6.000 grottes et 180 châteaux.

Elle compte près de 60 églises en bois bien préservées, construites sans un seul clou, dont beaucoup sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco. La plus ancienne, l'église Saint-François d'Assise, datant du XVe siècle, se trouve dans le village d'Hervartov, dans l'est du pays.

Les montagnes slovaques attirent les amateurs de ski de toute la région.

Journaliste assassiné

Le journaliste d'investigation slovaque Jan Kuciak a été abattu avec sa fiancée en février 2018 alors qu'il s'apprêtait à publier un article sur des liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne.

Le meurtre du journaliste et son enquête explosive publiée à titre posthume ont plongé le pays dans une crise profonde, éveillant des inquiétudes sur la liberté des médias et la corruption. De grandes manifestations ont forcé le gouvernement à démissionner. Cinq personnes ont été inculpées, mais l'incertitude demeure quant au commanditaire du crime.

L'an dernier, la Slovaquie a enregistré un indice de corruption le moins favorable depuis 2013, se plaçant 57e (trois places plus bas qu'en 2017) sur la liste de Transparency International, qui classe 180 pays selon le degré de perception de la corruption dans le secteur public.

L'épicentre de l'amour

Selon l'Académie mondiale des records, le plus long poème d'amour est né en Slovaquie. Ecrit en 1844, "Marina" raconte en 2.900 lignes la flamme et le désespoir amoureux du poète Andrej Sladkovic à l'égard de sa muse Maria Pischlova.

Contrairement à Roméo et Juliette, l'histoire de cet amour tragique est vraie. La belle Maria fut contrainte par ses parents bourgeois à épouser un riche fabricant de pain d'épices plutôt qu'un plumitif désargenté.

La maison où vécut Maria dans la ville minière médiévale de Banska Stiavnica est connue aujourd'hui comme "l'épicentre de l'amour". Son exposition interactive comprend notamment un "amouromètre" censé mesurer la force des sentiments d'un couple.

Scission pacifique

La République slovaque a fait partie de la Tchécoslovaquie qui a déclaré son indépendance de l'empire austro-hongrois en 1918 et qui a réuni les Tchèques et les Slovaques.

Elle est restée une démocratie stable jusqu'à son démembrement en 1938. Sous l'occupation nazie, elle se transforma en un Etat fantoche sous le régime du père Jozef Tiso qui accepta d'envoyer des dizaines de milliers de Juifs dans des camps de la mort allemands.

La Tchécoslovaquie a été restaurée en 1945. Trois ans plus tard, à la suite d'un coup d'Etat communiste, le pays s'est retrouvé, pour quatre décennies, sous la domination soviétique.

La Révolution de velours a renversé le régime totalitaire en 1989 et, en 1993, la Tchécoslovaquie s'est divisée pacifiquement en République tchèque et en Slovaquie. (awp)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...