Trump réclame 5,7 milliards de dollars pour une "barrière en acier"

mercredi, 09.01.2019

Donald Trump a tenté mardi de rallier les Américains à son projet de mur à la frontière avec le Mexique, mettant en avant ce qu'il a appelé une "crise humanitaire".

Donald Trump a rejeté la responsabilité du "shutdown" sur les démocrates. (Keystone)

Le président américain Donald Trump a réclamé mardi, lors d'une allocution à la nation, 5,7 milliards de dollars pour un mur à la frontière avec le Mexique. "A la demande des démocrates, il s'agira d'une barrière en acier plutôt que d'un mur en béton", a-t-il ajouté.

"Notre frontière sud est la porte d'entrée de vastes quantités de drogue, dont méthamphétamine, héroïne, cocaïne et fentanyl", a dénoncé le 45e président des Etats-Unis, rejetant une fois de plus la responsabilité du "shutdown" sur les démocrates, qui selon lui "refusent de financer la sécurité aux frontières". Le mur qu'il appelle de ses voeux est à l'origine depuis plus de deux semaines d'une paralysie partielle des administrations fédérales.

Quelque 800'000 fonctionnaires sont touchés. Des musées ont été contraints de fermer leurs portes et des ordures s'entassent dans les parcs nationaux.

Américains pris "en otages"

S'appliquant à prendre un ton grave au cours de son intervention de neuf minutes, il n'a pas mentionné la possibilité de recourir à une mesure d'urgence exceptionnelle, comme il l'avait évoqué.

La présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, a immédiatement accusé Donald Trump de prendre les Américains "en otages" avec le "shutdown" qui paralyse une partie des administrations fédérales, avec pour seul objectif selon elle d'obtenir le financement d'une barrière à la frontière avec le Mexique.

"Voici les faits: le président Trump doit cesser de prendre les Américains en otages, doit cesser de créer de toutes pièces une crise" migratoire et humanitaire à la frontière "et doit rouvrir le gouvernement", a déclaré la démocrate lors d'une déclaration solennelle retransmise en direct, juste après la première allocution à la nation du président républicain, de la Maison-Blanche. (ats)





 
 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...