Les nouveaux systèmes de défense sol-air de l'armée bientôt testés

mercredi, 07.08.2019

Des systèmes de radar seront testés au sein de l'armée suisse. Cela devrait renouveler sa défense.

Quatre jets ont été évalués entre avril et juin à Payerne pour remplacer les Tiger et les F/A-18 de l'armée. (keystone)

L'armée suisse va démarrer prochainement les essais des systèmes radar destinés à renouveler sa défense sol-air de longue durée. Deux systèmes sont dans la course: le Patriot de la société américaine Raytheon et le SAMP/T du consortium français Eurosam.
L'achat de ces systèmes est lié au programme d'acquisition des nouveaux avions de combat. Les essais auront lieu sur l'ancienne place d'exercice de Menzingen dans le canton de Zoug, a indiqué mercredi le Département fédéral de la défense (DDPS).
Les détecteurs du Patriot seront testés du 19 au 30 août et ceux du SAMP/T du 16 au 27 septembre. Au total, dix missions spécifiques seront réalisées pour évaluer les aspects techniques et opérationnels de ces appareils. Il s'agira d'effectuer des mesures au sol et de sonder l'espace aérien à la recherche d'avions des Forces aériennes.

Pas d'essais de tir

Les deux candidats accompliront le même programme d'essai afin d'assurer l'égalité de traitement, a expliqué Marc Dürr, de l'Office fédéral de l'armement armasuisse, responsable des essais. Aucun essai n'aura lieu les jours fériés ou le week-end. Et il n'y aura pas de tir.
Les tests ont lieu en Suisse car la topographie a une influence sur les détecteurs, a ajouté M. Dürr. La situation n'est pas la même dans le massif alpin ou dans une zone côtière. Le choix se portera sur un modèle qui sera utilisé tel quel et qui ne nécessitera pas d'adaptations pour la Suisse.
Les résultats de chaque candidat seront ensuite comparés. Suivra alors un deuxième appel d'offres comme pour le nouvel avion de combat. Le Conseil fédéral tranchera à fin 2020 ou début 2021 sur la base des évaluations et des rapports des experts de l'armée.

Huit milliards au total

La surface à couvrir par la défense sol-air doit être de 15'000 km2 au moins. Le système doit atteindre une altitude d'engagement de plus de 12'000 m et une portée supérieure à 50 km. Il n'est pas nécessaire de disposer d'une capacité de défense contre des missiles balistiques.
L'achat d'un système de défense sol-air se fera dans le cadre des programmes d'armement ordinaires. L'acquisition des avions de combat sera en revanche soumise au vote, probablement en septembre ou novembre 2020.
La facture totale ne devait pas dépasser 8 milliards de francs. L'arrêté de planification doit comporter un volume de financement maximal pour les avions de 6 milliards, le reste étant dévolu à la défense sol-air. L'achat des avions et du système de défense sol-air sera coordonné sur le plan technique et du point de vue du calendrier.

Quatre avions en lice

Quatre jets ont été évalués entre avril et juin à Payerne pour remplacer les Tiger et les F/A-18 de l'armée. Le français Rafale (Dassault), l'européen Eurofighter (Airbus) et les deux avions américains: le successeur du FA-18, le Super Hornet de Boeing, et le F-35A de Lockheed-Martin. Le suédois Saab a retiré le Gripen E de l'évaluation.
Les deux derniers projets d'achats de jets avaient été marqués par un scrutin populaire. L'acquisition de F/A-18 avait été rendue possible après l'échec en 1993 de l'initiative populaire s'y opposant. L'achat de Gripen a été rejeté en 2014 après un référendum contre le fonds qui aurait dû être mis sur pied pour le financer.(ats)





 
 
 
 

...