Wall Street termine en baisse

samedi, 02.12.2017

Wall Street a terminé en baisse vendredi, affectée par les inquiétudes concernant l'implication de la garde rapprochée de Donald Trump dans l'affaire russe: le Dow Jones a perdu 0,17% et le Nasdaq 0,38%.

Sur la semaine, le Dow Jones a avancé de 2,78%, le Nasdaq a reculé de 0,61% et le S&P 500 a pris 1,51%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average s'est déprécié de 40,76 points, à 24.231,59 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 26,39 points, à 6.847,59 points.
L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,20%, ou 5,36 points, à 2.642,22 points.

Sur la semaine, le Dow Jones a avancé de 2,78%, le Nasdaq a reculé de 0,61% et le S&P 500 a pris 1,51%.

Les indices ont lourdement chuté à la mi-séance vendredi, peu après l'inculpation de l'ancien conseiller de Donald Trump, Michael Flynn, qui a reconnu avoir menti au FBI et accepté de coopérer avec la justice. Ils ont ensuite limité leurs pertes en fin de séance.
"Il semble que la réforme fiscale soit plus importante que les risques de destitution de Trump", a estimé Phil Davis, de PSW Investments.

Michael Flynn a été inculpé entre autre pour avoir menti sur la teneur de ses échanges avec l'ambassadeur russe à Washington sous Barack Obama, Sergueï Kisliak, notamment au sujet des sanctions imposées par les Etats-Unis à la Russie.

Selon le Washington Post, l'ancien conseiller a reconnu avoir agi en concertation avec le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, celui qui, d'après le quotidien, serait désigné par l'expression un "très haut responsable" dans les documents d'accusation, sans être nommé.

"Si la justice inculpe (Michael Flynn) uniquement pour mensonge, cela veut dire qu'il a passé un accord", a réagi M. Davis, ajoutant que "la justice ne négocie pas avec vous à moins que vous ayez des informations importantes à fournir sur quelqu'un de plus haut placé".

Hausse de taux

L'autre information majeure de la journée se déroulait au Sénat où les républicains ont annoncé qu'une majorité d'élus étaient prêts à adopter le projet de réforme fiscale après d'âpres négociations la veille.

Selon plusieurs sénateurs, le futur taux d'imposition sur les entreprises serait maintenu à 20%, sans mention d'une hausse potentielle de ce taux en cas de difficultés budgétaire, un temps évoqué.

Par ailleurs toujours selon ces sources, une série d'amendements devaient être votés dans l'après-midi pour un vote final en fin de journée.

Les indicateurs mensuels publiés vendredi ont été contrastés, les dépenses de construction progressant fortement et l'activité manufacturière ralentissant dans le pays, dépréciant fortement l'indice regroupant les valeurs industrielles au sein du S&P 500 (-1,17%).

La semaine prochaine, la publication vendredi des statistiques mensuelles de l'emploi aux Etats-Unis sera scrutée par la banque centrale américaine (Fed), dont la hausse de taux à l'occasion de sa réunion la semaine suivante fait de moins en moins de doute.

Sur le front des valeurs, General Motors a baissé (-0,70% à 42,79 dollars) après que le régulateur chinois a déclaré qu'une coentreprise du constructeur américain en Chine allait rappeler près de 1 million de véhicules en raison d'un défaut du réservoir aux conséquences potentiellement dangereuses.

Le secteur automobile a dans son ensemble évolué en ordre dispersé suite aux annonces de ventes de véhicules pour le mois de novembre: Ford a gagné 0,48% à 12,58 dollars, après l'annonce de ventes en hausse, tandis que Fiat Chrysler a reculé (-0,06% à 17,09 dollars) après avoir dévoilé des ventes en progression de 2% par rapport à l'an dernier. General Motors a fait état de ventes équivalentes.

Le marché obligataire avançait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,362%, contre 2,417% jeudi soir vers 22H00 GMT, et celui des bons à 30 ans baissait à 2,762%, contre 2,833% la veille. (awp)


 

 




...