La mort n’entraîne pas de «game over» chez Momo-Pi

vendredi, 22.03.2019

Pour le studio bullois, le pavillon suisse à la Game Developers Conference représente une opportunité de visibilité inouïe.

Sophie Marenne

L’équipe de Momo-Pi devant sa table d'exposition. Généralement, elle se partage entre Bulle et Kyôto. (Perrine Huber)

Et si la mort dans les jeux vidéo n’était pas la fin mais une façon de résoudre le niveau? C’est sur ce postulat qu’est construit Persephone, un puzzle game coloré et poétique dans lequel l’héroïne cherche à atteindre les enfers, en se déplaçant ou en mourant.

Exposé sur le pavillon...





 
 

...