Jeux vidéo: les éditeurs qui ont le choix du cloud

dimanche, 09.06.2019

Microsoft, Sony, Ubisoft... les éditeurs de jeu misent de plus en plus sur le jeu vidéo en streaming.

Le jeu vidéo en streaming devrait permettre d'attirer encore davantage de joueurs, via smartphones ou tablettes. (Keystone)

De Google à Ubisoft, en passant par Apple, nombre de poids lourds se lancent dans le jeu vidéo en streaming, vu comme l'avenir du secteur, qui devrait lui permettre d'attirer encore davantage de joueurs, via smartphones ou tablettes.

Stadia

Stadia sera disponible en novembre avec une trentaine de jeux à son catalogue, d'abord dans 14 pays, dont la France. L'offre de Google n'est pour le moment accessible en précommande que sous le format appelé "Edition fondateur", au tarif de 129 euros (ou 169 dollars canadiens), ce qui offre un abonnement de trois mois, un appareil Chromecast Ultra permettant de se connecter à un écran, et une manette.

Deux autres offres seront disponibles après le lancement de la plateforme, une à 9,99 euros (11,99 dollars canadiens) par mois baptisée "Stadia Pro", et une offre de base attendue en 2020 sur laquelle peu de détails ont été fournis.

Les abonnés auront accès à des jeux gratuits et pourront aussi en acheter. Le premier titre gratuit sera le jeu de tir Destiny 2 (Bungie).

Les blockbusters d'Ubisoft Assassin's Creed Odyssey et Ghost Recon Breakpoint seront disponibles à l'achat.

Google compte produire ses propres jeux et incite les studios à prendre eux aussi le train du streaming.

xCloud

Microsoft a récemment demandé à ses salariés de tester chez eux sa technologie baptisée Project xCloud.

Pour le géant américain, il s'agit de permettre aux joueurs de profiter de jeux Xbox "avec qui on veut, sur l'appareil qu'on veut".

Le groupe dit avoir mis à jour ses "datacenters" dans plusieurs régions, notamment l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord, afin de les synchroniser avec xCloud.

Il y a actuellement 1.900 jeux en cours de développement, qui pourraient tous tourner sur Project xCloud, de même que les jeux déjà sortis, selon Microsoft.

L'entreprise pourrait donner des détails plus précis sur son projet dimanche avant l'ouverture du salon mondial E3 (Electronic Entertainment Expo) à Los Angeles.

PlayStation Now

Sony a lancé il y a cinq ans son service PlayStation Now, qui permet de jouer en streaming sur les derniers modèles de consoles ou sur PC.

Le service sur abonnement permet aussi de télécharger des titres sur la PlayStation 4.

PlayStation Now coûte habituellement 20 dollars par mois, ou 99 dollars par an.

Pourtant rivaux de toujours avec leurs consoles concurrentes, Sony et Microsoft ont récemment joint leurs forces pour aller plus loin dans le "cloud gaming", notamment grâce au savoir-faire de l'américain, un des des leaders du "cloud", l'informatique dématérialisée.

Apple Arcade

Apple a annoncé un service d'abonnement à des jeux vidéo, prévu pour la fin de l'année avec 100 jeux promis pour le lancement.

Le groupe, qui assure que l'on pourra jouer en illimité sur iPhone, iPad et ordinateurs Mac, et ce dans 150 pays, n'a pas dévoilé son prix.

Apple, qui travaille avec des créateurs pour qu'ils conçoivent des jeux pour Arcade, a souligné que son service sera sans publicité et sans achats intégrés.

Projet Atlas

Autre géant du secteur, l'américain Electronic Arts (EA), derrière les franchises à succès FIFA et Battlefield, a annoncé fin 2018 son "Projet Atlas".

Pas moins de 1.000 salariés travaillent à une plateforme de jeu alliant "cloud" et intelligence artificielle pour créer "des univers vivants, palpitants, en constante évolution", selon les termes du responsable technologique Ken Moss. (awp)

Lire également:

 





 
 

...