L'euro se stabilise face au dollar,

samedi, 23.09.2017

L'euro se stabilisait vendredi face au dollar à la fin d'une semaine marquée par une réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed), tandis que la livre britannique souffrait des possibles conséquences du Brexit, comme l'abaissement de la note du Royaume uni par Moody's.

Après des mouvements assez marqués après la réunion de la Fed mercredi, le marché cherche à se consolider. (Keystone)

Vers 23 heures, l'euro valait 1,1947 dollar, contre 1,1942 dollar jeudi vers 23 heures.

La monnaie unique européenne perdait du terrain face à la devise japonaise, à 133,82 yens pour un euro - après être montée vers 9h50 à 134,41 yens, un nouveau sommet depuis début décembre 2015 - contre 134,34 yens jeudi soir.

Le billet vert aussi baissait face à la monnaie nippone, à 112,01 yens pour un dollar contre 112,49 yens la veille.

"Après des mouvements assez marqués après la réunion de la Fed mercredi, le marché cherche à se consolider", a estimé Eric Vilora de Wells Fargo.

Le billet vert avait plus tôt dans la semaine été revigoré par des commentaires optimistes de la banque centrale américaine sur la première économie mondiale, laissant la porte ouverte à une troisième hausse de ses taux d'intérêt en décembre et annonçant le début des opérations de réductions de son important bilan d'actifs. Mais l'effet positif des décisions de la Fed sur le dollar s'est rapidement dissipé.

En début de séance vendredi, l'euro a profité de l'annonce d'une accélération de la croissance l'activité privée en septembre dans la zone euro, selon l'indice PMI publié par le cabinet Markit.

"Cette statistique est la dernière en date à refléter une amélioration générale de l'économie dans la zone euro, ce qui devrait inciter la BCE (Banque centrale européenne) à poursuivre la normalisation de sa politique monétaire", a relevé Omer Esiner de Commonwealth Foreign Exchange.

Les cambistes optaient par ailleurs pour une certaine prudence dans un contexte de nouvelle escalade de la guerre des mots entre les États-Unis et la Corée du Nord.

L'escalade verbale entre Donald Trump et Kim Jong-Un a atteint un nouveau pic vendredi, le président américain qualifiant de "fou" le leader nord-coréen, qui avait quelques heures plus tôt assuré qu'il "disciplinerait par le feu le gâteux américain mentalement dérangé".

"Même si les marchés se sont habitués aux allers-retours entre les deux responsables, cette nouvelle surenchère apporte opportunément aux investisseurs une bonne raison pour consolider leurs positions avant le week-end", a estimé M. Esiner.

La livre britannique était de son côté sous pression vendredi après l'abaissement en fin de séance de la note du Royaume-Uni par l'agence Moody's, imputée entre autre aux défis posés par les négociations sur les modalités de sa sortie de l'Union européenne.

La livre s'était déjà fortement affaiblie après un discours de la Première ministre Theresa May sur le Brexit

Elle y a plaidé pour un Brexit "soft" avec une période de transition de deux ans et s'est engagée à honorer les engagements financiers britanniques vis à vis des Européens, sans toutefois donner de précisions sur le montant.

Vers 23 heures, la livre britannique baissait face à la monnaie unique, à 88,59 pence pour un euro, comme face au dollar, à 1,3486 dollar pour une livre.

La devise suisse montait face à l'euro, à 1,1578 franc suisse pour un euro, après être tombée vers9h45 à 1,1623 franc, son niveau le plus faible depuis mi-janvier 2015. La monnaie suisse gagnait un peu de terrain face au billet vert, à 0,9699 franc suisse pour un dollar.

La devise chinoise s'est stabilisée stable face à la devise américaine, terminant à 6,5901 yuans pour un dollar à 15H30 GMT contre 6,5904 yuans jeudi.

L'once d'or a fini à 1.294,80 dollars au fixing du matin, contre 1.297,35 dollars jeudi soir.

Le bitcoin valait 3.610,82 dollars, contre 3.645,89 dollars jeudi vers 21H00 GMT, selon des données compilées par Bloomberg. (awp)


 

 


...