ESG: une approche éthique peut-elle améliorer l'alpha?

lundi, 27.05.2019

Les entreprises peuvent-elle accroître leur valeur en intégrant des ESG dans leurs activités commerciales? De plus en plus de preuves suggèrent qu’elles le peuvent.

Steve Waygood*

Steve Waygood, Chief Responsible Investment Officer, Aviva Investors.

«Il n’y a qu’une, et une seule, responsabilité sociale de l’entreprise: utiliser ses ressources et s’engager dans des activités visant à accroître ses profits tant qu’elle respecte les règles du jeu, c’est-à-dire qu’elle se livre à une concurrence ouverte et libre sans tromperie ni fraude», Milton Friedman, prix Nobel d’économie (1).

Friedman, peut-être le plus célèbre économiste du marché libre du XXe siècle, a décrit l’idée que les entreprises avaient une responsabilité envers la société au sens large comme une «doctrine fondamentalement subversive».

Son article pionnier pour The New York Times Magazine, publié en septembre 1970, a suscité un vif débat sur la capacité des entreprises à accroître leur valeur en intégrant des considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG, sigle en anglais) dans leurs activités commerciales. Alors que cet argument continue de faire fureur près d’un demi-siècle plus tard, il y a de plus en plus de preuves qui suggèrent qu’elles le peuvent.

Preuves empiriques

Ces dernières années, des chercheurs du milieu universitaire et de l’industrie de la gestion d’actifs, s’appuyant sur un vaste ensemble de données, ont mené de nombreuses études pour établir si une telle relation existe.

Selon des chercheurs de l’Université de Hambourg et de Deutsche Asset and Wealth Management, une relation positive entre les notations ESG et la performance des entreprises a été constatée dans près de la moitié des 1816 études universitaires publiées depuis 1970, avec une corrélation négative dans seulement dix pour cent des cas (2). Par exemple, une étude réalisée en juillet 2013 par la Harvard Business School a révélé que sur une période de 18 ans, un échantillon de quatre-vingt-dix entreprises «hautement durables» ont «nettement dépassé» 90 entreprises peu durables en termes tant de mesures boursières que de comptabilité (3).

Explications logiques 

Il y a des raisons logiques qui expliquent pourquoi des notes ESG élevées, ou en amélioration, pourraient stimuler le rendement des placements.

Tout d’abord, les actifs bénéficiant d’une notation ESG élevée sont probablement moins risqués. Par exemple, bien qu’à court terme, les entreprises puissent, dans certains cas, exploiter leurs clients ou leur main-d’œuvre ou dégrader l’environnement, le bon sens laisse entendre que cela finira par leur nuire.

En second lieu, il existe de nombreuses preuves qui suggèrent que les entreprises hautement cotées ont un coût de capital moins élevé. Un certain nombre d’études ont montré qu’une bonne performance environnementale est corrélée à un coût de la dette moins élevé et à des cotes de crédit plus élevées. (Graham and Maher (4); Bauer and Hann (5) et Schneider (6)), et l’une d’elles a constaté la même chose en ce qui concerne les bonnes relations avec les employés (Bauer et. al. 7).

Toutefois, même s’il y a de bonnes raisons de croire qu’il existe un lien entre les classements ESG et la performance des entreprises, il n’a pas toujours été évident que les investisseurs aient pu en tirer profit dans leurs portefeuilles.

L’intégration ESG fonctionne

En fin de compte, la raison de cette décision se résume à la confiance que vous accordez à l’hypothèse d’un marché efficient - l’idée que les prix des actifs reflètent pleinement toutes les informations disponibles et qu’il est impossible de «battre le marché» systématiquement sur une base ajustée au risque.

Au cours des dernières années, les investisseurs se sont éloignés de l’application de critères de sélection, qu’ils soient négatifs ou positifs, pour intégrer les considérations ESG dans des processus et des domaines d’investissement classiques, comme l’investissement d’impact.

Malheureusement – et c’est peut-être l’une des principales raisons pour lesquelles les gens se demandent encore si l’ESG peut ajouter de la valeur – il est difficile de quantifier avec précision la valeur de l’intégration des considérations ESG dans le processus d’investissement. Puisqu’ il ne s’agit que d’une des multiples considérations d’investissement, il est impossible de dissocier son effet sur la performance des fonds des autres facteurs de manière purement objective.

Néanmoins, il existe des preuves accablantes que les données ESG peuvent fournir aux investisseurs des informations précieuses sur la manière dont une entreprise est gérée, quels sont ses principaux risques et dans quelle mesure son modèle et ses pratiques commerciales sont réellement durables. Par conséquent, il n’y a aucune raison logique pour que les gestionnaires de fonds qui ne l’ont pas encore fait ne souhaitent pas diversifier leur processus d’investissement en intégrant des données matérielles non-financières.

S’engager ou désinvestir?

L’intégration de critères ESG dans le processus d’investissement peut améliorer le rendement des investissements par d’autres moyens. Étant donné que les données probantes suggèrent que les entreprises peuvent créer de la valeur en améliorant leurs notations ESG, il est logique de s’engager avec elles pour les aider à améliorer leur approche. Par exemple, les investisseurs peuvent souhaiter encourager une compagnie pétrolière à améliorer ses résultats en matière de sécurité afin de réduire le danger de déversements d’hydrocarbures ou à faire preuve de plus de transparence dans l’évaluation des risques auxquels elle fait face en raison des changements climatiques. De telles améliorations seront probablement récompensées par le marché, même si ce n’est pas immédiatement.

Cela dit, il y a une décision à prendre quant au temps et à l’argent qu’il convient raisonnablement de consacrer à l’engagement avec les entreprises, notamment parce qu’il peut y avoir un problème de «passager clandestin» chez les autres investisseurs pouvant bénéficier de ces efforts. La collaboration avec d’autres investisseurs est souvent utile.

La tendance est claire

Le débat suscité par Friedman continue de faire fureur près de 50 ans plus tard, en partie parce que ses commentaires ont souvent été considérés hors de leur contexte. Dans une partie oubliée de l’article souvent cité, il a aussi dit que la responsabilité d’un dirigeant d’entreprise est de «gagner autant d’argent que possible tout en se conformant aux règles sociales fondamentales, tant celles qui sont consacrées par la loi que celles qui le sont par les usages éthiques».

Quelle que soit la façon dont vous la définissez et dont vous mesurez ensuite son impact, il devient extrêmement difficile de s’opposer à l’intégration d’un certain niveau d’analyse ESG dans le processus d’investissement. Bien que les investisseurs doivent se méfier du paiement excessif des actifs en fonction des seuls critères ESG, il y a de bonnes raisons de croire que l’investissement responsable, loin de conduire au sacrifice des rendements, sera rentable.

* Chief Responsible Investment Officer, Aviva Investors

1. La responsabilité sociale des entreprises consiste à accroître leurs profits, The New York Times Magazine, 13 septembre 1970.2. Friede G, Busch T & Bassen A (2015) : ESG et performance financière: données agrégées de plus de 2 000 études empiriques, Journal of Sustainable Finance & Investment.3. Eccles R, Ioannou I, & Serafeim G (2011) : L’impact de la durabilité de l’entreprise sur les processus et les performances organisationnels, document de travail de la Harvard Business School.4. Graham A & Maher J (2006). Passifs environnementaux, notations et rendements des obligations, dans : Freedman, M., Jaggi, B. (eds.), comptabilité environnementale: Engagement ou propagande, progrès en matière de comptabilité et de gestion environnementales, Vol. 3, Elsevier Ltd. pp. 111-142.5. Bauer, R & Hann, D (2010). Gestion environnementale et risque de crédit des entreprises, Université de Maastricht, Centre européen pour l’engagement des entreprises.6. Schneider, T (2010). La performance environnementale constitue-t-elle un déterminant du prix des obligations ? Données provenant de l’industrie des pâtes et papiers et de l’industrie chimique des ÉtatsUnis.Document de travail : Université de l’Alberta.7. Bauer, R, Derwall, J & Hann, D (2010). Relations avec les employés et risque de crédit. Document de travail de l’Université de Maastricht et de l’Université de Tilburg.





 
 

...