Les Suisses de l'étranger demandent le maintien des prestations complémentaires

dimanche, 11.03.2018

Le Conseil des Suisses de l'étranger s'est réuni samedi à Berne. Au programme: les prestations complémentaires et l'e-voting.

Les délégués ont ainsi tenu à exprimer leur consternation suite à la récente décision prise par la commission de la sécurité sociale du Conseil national. (Keystone)

Les 74 délégués des Suisses à l'étranger réunis samedi à Berne soutiennent une résolution sur les prestations complémentaires.

Dans cette résolution, approuvée à l'unanimité, le Conseil des Suisses de l'étranger (CSE) demande le maintien des prestations complémentaires pour les expatriés lorsqu'ils reviennent en Suisse. Les délégués ont ainsi tenu à exprimer leur consternation suite à la récente décision prise par la commission de la sécurité sociale du Conseil national, indique l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) samedi dans un communiqué.

Cette commission propose de refuser l'accès aux prestations complémentaires aux citoyens suisses pour lesquels la rente ne suffit pas pour vivre décemment. Cela signifie que, pour avoir droit à une prestation complémentaire, une personne devra avoir résidé de manière ininterrompue en Suisse ou dans l'UE/AELE pendant les dix ans précédant sa demande.

Les Suisses ayant résidé hors de l'UE sont directement concernés par cette décision "discriminatoire". Une décision qui "va à l'encontre de la mobilité internationale de nos concitoyens et revient à sanctionner toute personne désireuse d'acquérir une expérience internationale", argue l'OSE.

Développer ce canal de vote

Autre objet de débat, le vote électronique. D'un côté, le conseiller national Franz Grüter (UDC/ZH) qui a annoncé le lancement d'une initiative populaire contre ce mode de vote par crainte de la cybercriminalité. De l'autre, Claudia Pletscher, responsable développement et innovation au sein de La Poste qui a souligné que "le vote électronique est utilisé avec succès en Suisse depuis plus de 15 ans. Il ne faut donc pas arrêter le développement de ce canal de vote".

Le vote électronique est souvent la seule possibilité pour les Suisses de l'étranger d'exercer leur droit démocratique, le matériel de vote arrivant souvent trop tard dans leur boîte aux lettres. Le nombre de ces Helvètes inscrits sur un registre électoral augmente chaque année. Il s'élève aujourd'hui à 158'000, l'équivalent du corps électoral thurgovien.

Stratégie payante

Concernant les relations bancaires, l'OSE a présenté en août dernier une stratégie pour répondre aux difficultés qu'ont les Suisses de l'étranger à maintenir des relations bancaires dans leur pays d'origine à des conditions raisonnables, rappelle l'OSE. Le but étant de chercher des solutions avec les banques d'importance systémique, les banques publiques et privées.

"Cette stratégie s'est avérée payante", assure l'organisation. Des discussions avec les banques d'importance systémique ont ainsi amené à une entente pour renforcer l'information à destination des Suisses de l'étranger. Ces institutions fourniront à l'avenir des précisions sur les différentes étapes nécessaires lors d'un déménagement à l'étranger, pendant le séjour et lors du retour en Suisse. (awp)





 
 

...