Ryad et Abou Dhabi introduisent la TVA

mardi, 02.01.2018

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont introduit lundi une TVA pour diversifier leurs revenus, une première dans le Golfe où les habitants profitaient jusqu'à présent d'une absence de taxes et d'importantes subventions.

L'introduction de la TVA de 5% avait fait l'objet en juin 2016 d'un accord entre les six pays du Conseil de coopération du Golfe.

Premier exportateur mondial de pétrole, le royaume saoudien a annoncé dimanche soir outre l'introduction de la TVA, une hausse de 127% et de 83% du prix du litre selon le type d'essence, avec un effet immédiat à partir du 1er janvier.

Ces annonces sont les dernières en date d'une série de mesures introduites par les monarchies pétrolières du Golfe au cours des deux dernières années pour trouver de nouvelles recettes et résorber leur déficit budgétaire dû à la baisse constante du prix du brut.

L'introduction d'une taxe sur la valeur ajoutée de 5% avait fait l'objet en juin 2016 d'un accord entre les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG - Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar).

Elle s'applique à la majorité des biens et services et pourrait rapporter aux deux pays un total de 21 milliards de dollars en 2018, soit l'équivalent de 2% de leur PIB, estiment des analystes.

Bahreïn, le Koweït, Oman et le Qatar ont eux décidé de repousser à 2019 l'introduction de la TVA.

La hausse des prix des carburants en Arabie saoudite est la deuxième en deux ans mais l'essence dans le royaume reste parmi la moins chère au monde. Les prix du diesel et du kérosène sont restés inchangés.

Le mois dernier, Ryad a également augmenté le prix de l'électricité.

L'Arabie saoudite a accumulé ces quatre dernières années 258 milliards de dollars de déficits budgétaires.

Malgré la mise en place progressive de ces réformes, le pays va continuer à afficher des déficits budgétaires jusqu'en 2023, a toutefois prévenu le roi Salmane.

Pour y faire face, Ryad a puisé dans ses réserves à hauteur de 250 milliards de dollars depuis 2014 et emprunté 100 milliards de dollars de plus. (awp)





 

 
 


...