ADC Therapeutics invité aux Etats-Unis

mercredi, 15.11.2017

Il participera au congrès d’oncologie d’Atlanta. L’American Society of Hematology accepte cinq de ses résumés de publication.

Sophie Marenne

Chris Martin, CEO d'ADC Therapeutics depuis 2015

ADC Therapeutics présentera ses travaux cliniques devant l’American Society of Hematology (ASH): une annonce réjouissante pour l’entreprise biopharmaceutique lausannoise.

A partir du 9 décembre, Atlanta accueillera les spécialistes internationaux de l’hématologie pour la grande réunion annuelle de l’ASH. Plus de 20.000 cliniciens et scientifiques participeront à cette 59e édition. Lors cet évènement, des milliers de publications scientifiques exposeront les récentes avancées dans cette branche de la médecine qui étudie le sang et ses maladies. 

«C’est une conférence primordiale dans le secteur. Y présenter nos données est une étape importante dans l’éducation de la communauté clinique à nos médicaments contre les lymphomes, nommés ADCT-402 et ADCT-301», explique le CEO, Chris Martin. Ces deux programmes sont les plus avancés au sein du portfolio de l’entreprise basée au Biopôle d’Epalinges. ADCT-402 et ADCT-301 seront mis en lumière lors de la conférence américaine à travers cinq résumés de publications, dont une présentation orale.

Fondée en 2012, la société de découverte et de développement de médicaments en oncologie est spécialisée dans les anticorps conjugués, ou ADC (pour Antibody-drug conjugate), ciblant les cancers majeurs. A l’impulsion, on retrouve Auven Therapeutics, une société de capital-investissement qui est également le principal actionnaire d’ADC Therapeutic. Au cours de son existence, la biopharma a d’ailleurs enchaîné les impressionnantes levées de fonds auprès de ses partenaires. Pour rappel: 105 millions de dollars en 2014, 80 millions en 2015, et 200 millions supplémentaires en 2017.

Et l’avenir semble encore sourire à l’entreprise. «Si tout se passe bien, nous visons la commercialisation de nos premiers médicaments en 2020. Nous avons maintenant 68 employés, répartis entre Lausanne, Londres, New Jersey et San Francisco», déclare Chris Martin. Cet ingénieur chimiste de formation tient les rennes de la société  depuis 2015. Il a travaillé dans les biotechnologies pendant 20 ans et est l’un des co-fondateurs de l’entreprise. A l’origine, il avait créé et dirigé Spirogen, dont la technologie PBD ADC est aujourd’hui utilisée par ADC Therapeutics, sous licence de Medimmune Astra Zeneca.

Selon lui, l’objectif actuel est de continuer à recruter, «notamment pour notre équipe clinique européenne et pour nos équipes administratives à Epalinges». Le siège helvétique de l’entreprise n’est occupé que par 15 personnes, alors qu’il a la capacité d’en accueillir 25, «en se serrant un peu».


 

 




...