La technologie au service de l’humain et non pas l’inverse

mercredi, 05.12.2018

Céline Renaud*

Céline Renaud

Je ne sais pas vous, mais il m’arrive de devoir changer tous mes appareils électroniques en même temps, comme s’ils s’étaient donné le mot... Cela vient de se passer avec mon ordinateur qui était au bout, le serveur de l’entreprise, mon téléphone portable et même ma voiture.

Dans un laps de temps de deux mois, j’ai donc dû tout changer. D’un côté, j’en suis très heureuse parce que j’aime la nouveauté, la découverte et je me réjouis que ces outils soient plus performants. Mais depuis un certain temps, je constate avec tristesse et rage, que loin d’améliorer et de faciliter notre quotidien, les outils et les programmes deviennent de plus en plus compliqués et moins intuitifs. Alors que cela devrait être l’inverse.

Par exemple, le correcteur d’orthographe de mon téléphone me demandait un simple clic pour corriger les mots. Maintenant, il en faut trois. Alors en train de dicter un email justement, je vais devoir passer beaucoup plus de temps à modifier les mots que la reconnaissance vocale n’aura pas capté ou interprété correctement. Dans ma voiture par exemple, il y a beaucoup de nouvelles alertes sonores et visuelles. Comme celle qui m’annonce que je sors de la ligne par exemple pour m’éviter que je m’endorme au volant ou le clignotant orange sur mes rétroviseurs lors que j’ai quelqu’un dans mon angle mort … Je m’en sortais très bien sans, et cela me dérange et me stresse plus qu’autre chose. J’ai même dû signer une décharge pour confirmer que j’en avais pris connaissance.

Et le comble, c’est mon ordinateur. Moi, qui étais tellement rapide avec les outils d’Office et notamment Excel, à faire des formules matricielles et des tableaux incroyables, tout est devenu plus compliqué et moins intuitif. Comme si les développeurs ne maîtrisaient pas tous ces éléments en profondeur et avaient, sans le vouloir, compliqué les applications et les utilisations.

Privés d’une certaine indépendance

Ne pensez pas que je suis une dilettante qui ne sait pas bien utiliser ses outils. J’étais dans les premières à avoir un réseau avec Windows … entre le bureau et la maison à 13 ans. Ensuite une des premières à avoir un accès Internet, ayant des proches au CERN avec connexion à l’époque à Compuserve. J’ai toujours aimé découvrir les nouvelles technologies utilitaires et les utiliser à fonds. Simplement, alors que nous devons être super performants et que nous voulons utiliser la technologie dans son intégralité, je trouve rageant que nous perdions en efficacité alors que cela devrait être l’inverse. Nous sommes privés d’une certaine joie et d’une indépendance qui est vitale à notre bonheur.

La dernière en date, toute à l’heure lors d’une «Dégustation de son» un mardi matin à 10 heures au Brassus, à un groupe d’Anglais, j’avais bien mis mon téléphone sur ne pas déranger. En revanche, je ne l’avais pas mis sur mode avion car sans la 4G, impossible d’accéder à ma playlist pour faire passer la musique. Et au beau milieu d’un morceau de musique émouvant, voilà que mon téléphone sonne... sur silence, mais cela a coupé la chanson et du coup l’émotion du public. Cela ne devrait pas arriver quand il est sur mode ne pas déranger et pourtant, depuis la dernière mise à jour que je viens de faire, c’est à nouveau possible. Pourvu que cela se règle vite! L’humain a cette fâcheuse tendance à vouloir faire mieux mais malheureusement à compliquer. Vive le progrès, le vrai, au service de l’humain.

* CEO et fondatrice, JMC Lutherie





 
 

...