Usam: Hans-Ulrich Bigler veut rester directeur

dimanche, 27.10.2019

Battu lors des élections dimanche dernier, Hans-Ulrich Bigler (PLR/ZH) a annoncé qu'il souhaitait rester le directeur de la faîtière des PME, l'Usam.

Pour Hans-Ulrich Bigler, sa non-réélection comme celle de M. Rime au Conseil national ne sont pas une catastrophe. (Keystone)

Hans-Ulrich Bigler (PLR/ZH) veut rester le directeur de l'Union suisse des arts et métiers (usam), malgré sa non-réélection au Conseil national. Il ne voit pas de catastrophe pour son organisation dans son échec au Parlement.

"Bien sûr", a répondu samedi matin M. Bigler dans le magazine économique "Trend" de la radio SRF, lorsqu'on lui a demandé s'il souhaitait rester le directeur de la faîtière des PME.

A l'inverse, le président de l'organisation Jean-François Rime (UDC/FR) a annoncé la semaine dernière qu'il n'allait pas se représenter à son poste. La présidence de l'entrepreneur bullois s'achèvera en mai 2020.

L'usam discutera mercredi prochain en interne de la succession à ce poste. L'élection d'un nouveau président est prévue pour avril.

"Pas une catastrophe"

Pour Hans-Ulrich Bigler, sa non-réélection comme celle de M. Rime au Conseil national ne sont pas une catastrophe. "Nous avons certes subi un revers, mais nous avons un groupe des arts et métiers très fort au Parlement", estime-t-il. Celui-ci continuera de promouvoir activement les demandes des PME.

M. Bigler a rappelé que la Chambre suisse des arts et métiers - le Parlement de l'usam - allait être renouvelée. Une des questions-clés sera la manière dont les membres du Parlement seront intégrés dans cet organe.

Selon le politologue Louis Perron, l'usam doit s'attendre à une forte diminution de son influence. Une perte que davantage de référendums ou d'activisme ne permettront pas de compenser. La faîtière devrait saisir cette opportunité de "revoir sa copie", en tentant d'analyser les causes de son revers de dimanche dernier, estime-t-il. (awp)





 
 



...