Passée la Fed, Wall Street se tourne vers la politique

samedi, 18.03.2017

Après avoir surmonté sereinement une hausse sans surprise des taux de la Réserve fédérale (Fed), Wall Street se recentre sur la politique avec non seulement le président Donald Trump mais aussi l'Europe et déjà l'élection française en ligne de mire.

Depuis le précédent week-end, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 0,06% à 20.914,62 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 0,67% à 5.901,00 points. L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,24% à 2.378,25 points.

"La principale nouvelle de la semaine c'est que la Fed a augmenté ses taux d'intérêt et que cela n'a pas effrayé le marché", a estimé Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Cette première hausse des taux de l'année, la troisième depuis 2008, avait été entièrement anticipée par les investisseurs, les responsables du Comité monétaire de la Fed (FOMC) ayant largement préparé le terrain les semaines précédentes.

Wall Street a donc surtout retenu l'éloignement du risque d'un resserrement monétaire trop rapide, puisque le FOMC a également maintenu sa prévision médiane à deux hausses supplémentaires des taux cette année.

Sans en tirer de conclusion pour l'instant, les investisseurs se retournent maintenant vers la Maison Blanche et le Congrès où l'abrogation et le remplacement d'Obamacare devraient "occuper beaucoup de place dans l'agenda dans les mois à venir", ainsi que le projet de budget présenté cette semaine, selon les termes de Karl Haeling de LBBW.

"Il y a eu de nombreuses critiques parmi les républicains concernant les nouvelles propositions sur la santé, il y a beaucoup de critiques des républicains sur le projet de budget (de Donald) Trump qui envisage de très très importantes réductions de dépenses", a-t-il détaillé.

Cela pourrait repousser d'autant la mise en place des baisses d'impôts et de hausses des dépenses infrastructures qui avaient fait bondir les marchés après l'élection de président américain début novembre.

"La hausse actuelle est essentiellement basée sur la confiance. Ce n'est pas grave. Mais à un moment il est plus important de voir le steak que de seulement l'entendre grésiller", a résumé Nicholas Colas de Convergex dans une note.

- Election présidentielle française -

Le nouveau gouvernement américain se frotte pour la première fois vendredi et samedi à l'ordre économique mondial par le truchement de son secrétaire au Trésor Steven Mnuchin qui s'est rendu à réunion des ministres des finances du G20 à Baden Baden.

L'un des enjeux sera l'inclusion ou non d'une formule favorable au libre-échange dans le communiqué final, comme c'est l'habitude, alors que le président américain a pris des positions protectionnistes.

Au delà, les marchés se penchent sur l'Europe où "tout est question de savoir dans quelle mesure le populisme sera accueilli ou rejeté", selon les termes de Karl Haeling.

D'après cette grille de lecture, l'élection présidentielle française fait figure de prochain test après l'échec des eurosceptiques du Parti pour la Liberté (PVV) à parvenir en tête des législatives organisées mercredi aux Pays-Bas.

Principale interrogation: les chances de succès de la candidate du Front national Marine Le Pen, également très critique envers l'Union européenne et qui prône notamment le retour à une monnaie nationale.

"On n'en est pas là, mais comme les actions ont grimpé si haut, si vite, il faut regarder ce qui est un facteur de risque que le marché pourrait commencer à prendre en compte", a expliqué Tom Cahill.

A ce sujet, après sa correction de 10% début mars, le pétrole a repris de l'importance à la Bourse de New York. Le brut s'est stabilisé cette semaine mais le très fort niveau des stocks, notamment aux Etats-Unis, et l'avenir de la réduction de l'offre engagée depuis le début de l'année par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires font figure d'incertitudes.

Enfin, sur le front des indicateurs américains, les investisseurs porteront une attention particulière à des chiffres de l'immobilier mercredi et jeudi. (awp)


 

 


...