Fiévreux, les marchés se contredisent...

lundi, 10.02.2020

Wall Street oublie prématurément le coronavirus, le marché obligataire est quant à lui plus circonspect.

François Christen*

Comprenne qui pourra les changements d’humeur qui se manifestent brutalement sur les marchés financiers. Partant d’un régime «risk off» provoqué par l’émergence d’un risque sanitaire impondérable, une vague d’optimisme a conduit les actions américaines vers de nouveaux sommets alors que l’épidémie de coronavirus s’étend et confirme sa létalité. La réouverture de la bourse chinoise sous perfusion monétaire et le reflux présumé du taux d’infection au coronavirus ont probablement contribué à soulager les investisseurs occidentaux qui avaient adopté une posture très défensive quand la bourse chinoise était fermée. L’apaisement observé la semaine passée ne coulait toutefois pas de source et on peut craindre un revirement du sentiment au gré de l’évolution de l’épidémie.

Soumis à des tensions éphémères, le rendement du T-Note à dix ans a ensuite reflué à 1.57 %. La stabilité des emprunts du Trésor reflète une vision plus prudente que celle, insouciante, qui s’exprime à Wall Street. Les obligations ont échappé à l’influence d’une actualité conjoncturelle qui met en lumière une forte progression de l’embauche en janvier (225.000 postes créés, après 147.000 en décembre) et un renforcement sensible des activités non manufacturières (indice ISM en hausse à 55.5 en janvier contre 54.9 en décembre).

La croissance vigoureuse de l’emploi aux Etats-Unis, le redressement marginal du taux de chômage à 3.6 % dû à une augmentation de la main d’œuvre et la progression modérée du salaire horaire moyen (3.1 % annuel en janvier, contre 3.0 % en décembre) devraient conforter la Réserve Fédérale dans sa posture attentiste. Les indicateurs récents renforcent le diagnostic «Goldilocks» – ni trop chaud, ni trop froid – qui sous-tend l’optimisme des investisseurs. Cela étant, ces statistiques réjouissantes n’intègrent que très partiellement les effets de l’épidémie du coronavirus qui devraient plomber la croissance mondiale au premier trimestre.

Dans une perspective optimiste postulant la maîtrise rapide de l’épidémie (à l’instar des crises sanitaires précédentes), la croissance mondiale devrait rebondir dès le deuxième trimestre, mais il semble hasardeux de placer un pari «risk on» alors que les actifs risqués ont si peu fléchi après cinq mois d’exubérance alimentée par la bienveillance de la Fed et l’apaisement des tensions commerciales entre les USA et la Chine. Une posture attentiste, légèrement défensive, semble plus indiquée dans les circonstances actuelles.

Il est possible que l’acquittement de Donald Trump et le fiasco de la première «primaire» démocrate, en Iowa, aient plu à Wall Street. A tort ou à raison, la réélection de Donald Trump est jugée préférable à un retour des Démocrates, susceptibles de remettre en question les baisses d’impôt généreuses accordées aux entreprises et, par extension, à leurs actionnaires.

En Europe, les taux d’intérêt en euros sont relativement stables, en phase avec le marché des capitaux en dollars US. Le rendement du «Bund» à dix ans est presque inchangé  à -0.41 %. Bien perçus depuis le revers électoral de la Ligue de Matteo Salvini, les emprunts italiens présentent des rendements en baisse dans un contexte de regain d’appétit pour les actifs risqués. Alors que les PMIs définitifs pour le mois de janvier ont bénéficié d’une légère révision à la hausse (52.5 du côté des services; 47.9 du côté manufacturier), de nombreuses statistiques mettent en lumière la faiblesse de l’activité industrielle en décembre (-3.5 % mensuel, -6.8 % en glissement annuel en Allemagne, respectivement -2.8 % et -3 % en France, -2.7 et -4.3 % en Italie), peut-être accentuées par le «timing» des jours fériés.

Au Royaume-Uni, les PMIs affichent un rebond marqué dans tous les secteurs (50 après 47.5 manufacturier, 48.4 après 44.4 construction, 53.9 après 50 services), même si les liens commerciaux entre l’UE et le Royaume-Uni doivent encore faire l’objet de négociations. Ce rétablissement justifie a posteriori le choix de la Banque d’Angleterre de ne pas réduire son taux d’intérêt de base malgré la faiblesse actuelle de la croissance et de l’inflation. Stationnaire, le rendement du «Gilt» à dix ans s’établi à 0.55 %.

Le marché des capitaux en francs suisses s’est conformé à la tendance générale: les emprunts de la Confédération sont à peu près stables alors que les investisseurs retrouvent un appétit précaire pour les actions. Une correction de grande ampleur des obligations en francs est improbable dans un contexte morose, entaché par des risques sanitaires sérieux.

*Banque Profil de Gestion SA à Genève





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...