Etes-vous rémunéré pour le risque obligataire que vous prenez?

lundi, 25.03.2019

Si une allocation dans des placements à rendement plus élevé a pu s’avérer profitable dernièrement, les investisseurs s’interrogent sur adéquation à long terme.

Kunal Mehta*

Kunal Mehta, CFA, spécialiste senior produits

Quand un investisseur évalue son exposition obligataire, il doit avant tout se demander si celle-ci lui offre une protection appropriée contre la volatilité du marché des actions. Même si une allocation dans des placements à rendement plus élevé a pu s’avérer profitable au cours des derniers temps, les investisseurs s’interrogent aujourd’hui sur le caractère approprié d’une telle approche sur le long terme. 

Pourquoi les investisseurs ont-ils modifié leur allocation obligataire? 

Depuis la crise financière mondiale, les banques centrales à travers le monde se sont engagées dans de vastes programmes d’assouplissement quantitatif et ont abaissé leurs taux d’intérêt. Ces politiques expansionnistes ont eu deux conséquences majeures pour le marché obligataire: une chute des rendements et un resserrement des écarts de crédit. Cela implique que les investisseurs sont moins rémunérés pour le risque qu’ils prennent. 

Les investisseurs ont donc cherché du rendement en prenant davantage de risques de crédit et en s’éloignant des catégories d’actifs de qualité investment grade au profit d’investissements à haut rendement de faible qualité. Ils ont aussi investi dans des fonds obligataires flexibles leur permettant de naviguer à travers un environnement de taux incertains et volatiles. Or, ces fonds ont généralement des allocations aux high yields très importantes pour booster le rendement. 

Pourquoi cela est-il source d’inquiétude aujourd’hui? 

Bien qu’un certain assouplissement quantitatif soit toujours en place, la politique accommodante touche à sa fin. Tandis que l’économie mondiale poursuit sa croissance, les taux d’intérêt devraient retrouver une certaine normalité et la volatilité augmenter. 

Dès lors, le risque – qui a baissé du fait des politiques accommodantes – pourrait augmenter et revenir à ses niveaux historiques. Les investisseurs qui ont cherché du rendement à travers des titres de moins bonne qualité ou des stratégies obligataires flexibles peuvent ne pas être complètement au fait de l’ampleur du risque pris et se retrouver avec des expositions obligataires ne répondant plus à leurs objectifs stratégiques de long terme.

Que cela signifie-t-il pour les allocations obligataires actuelles?

Le rôle des obligations dans un portefeuille est traditionnellement d’offrir une diversification du risque action. Toutefois, l’univers obligataire n’est pas uniforme et les différentes obligations ont des niveaux de risque différents. Les obligations d’Etat de qualité supérieure, telles que les obligations de l’Etat suisse, sont généralement considérées comme sans risque, alors que les obligations d’entreprises peuvent avoir un profil de risque similaire à celui des actions. 

Les obligations à haut rendement ont, dans la plupart des cas, des taux de défaut plus élevés que les obligations de qualité investment grade, mais du fait de l’assouplissement quantitatif, les niveaux de volatilité ont chuté, ce qui a entraîné un resserrement des spreads dans les deux secteurs. Cela a sans doute créé une distorsion positive de certaines mesures de risque, donnant aux investisseurs une représentation trompeuse du vrai risque sous-jacent du marché à haut rendement. Par ailleurs, à mesure que la politique bancaire poursuit son processus de normalisation, le risque pourrait revenir à ses niveaux historiques et le taux de défaut des entreprises augmenter.

Le marché mondial à haut rendement avec une notation BB a affiché un rendement de 12,5 % en 2016 et de 8,0 % en 2017 alors que le marché mondial avec une notation BBB – investment grade – a eu un rendement de 6,1 % en 2016 et 5,4 % en 2017 (1). Depuis lors, les spreads de crédit ont continué à se réduire, notamment entre les obligations BBB et BB. La différence de spread est aujourd’hui en dessous des moyennes historiques. Les investisseurs prennent donc des risques supplémentaires en étant moins rémunérés que par le passé et ce dans un environnement de marché plus incertain.

Quant aux fonds obligataires flexibles, ils ont considérablement gagné du terrain depuis 2008. Il s’agit souvent de stratégies passe-partout où des positions actives sont prises sur le crédit, les taux d’intérêt et les devises. Même si ces fonds peuvent ajouter de la valeur à un portefeuille, ils peuvent comporter un risque plus élevé. Il faut savoir que si un fonds prend des paris importants sur les taux, le bénéfice en termes de diversification des titres obligataires peut s’en trouver affaibli, du fait que la duration des obligations agit généralement pour maintenir les corrélations avec les actions à des niveaux bas.

Comment les investisseurs doivent-ils réagir?

À mesure que la politique monétaire se normalise, les investisseurs qui avaient modifié leurs allocations obligataires doivent envisager une réallocation plus en phase avec leurs objectifs d’investissement à long terme en matière de risque, de rendement, de revenus et de liquidité. 

Il est important de relever que risque et rendement obligataires sont asymétriques: si un émetteur fait défaut, l’investisseur peut tout perdre – il peut donc perdre plus qu’il ne peut gagner. Même si maximiser son rendement est important, se protéger à la baisse est essentiel au vu des caractéristiques de diversification des titres obligataires.

Les investisseurs ne peuvent pas prédire l’avenir mais ils peuvent s’y préparer. Peu importe les conditions du marché, ils doivent se donner les meilleures chances de réussite pour leur investissement en choisissant une allocation d’actifs équilibrée et adaptée à leurs objectifs de long terme, en étant attentifs aux coûts et en maintenant le cap.

(1) Selon l’indice ICE BofAML BB Global High Yield et l’indice ICE BofAML BBB Global Fixed Income Markets respectivement, tous deux couverts en USD. Source: Bloomberg et Bank of America Merrill Lynch.

* CFA, spécialiste senior produits d’investissement, Vanguard Europe

  

Découvrez la nouvelle formule du supplément AGEFI Indices

Si vous cherchez à relever le défi du marché obligatoire, les analyses et conseils de nombreux experts au sein d'Indices vous seront utiles! Lundi 25 mars, découvrez la nouvelle formule de notre supplément encarté dans le quotidien ou sur notre site internet. 





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...