Les marchés prennent l’éventualité d’un Brexit dur très au sérieux

dimanche, 20.01.2019

Rares sont les investisseurs estimant que Theresa May parviendra à présenter ou faire accepter un plan B au Parlement la semaine prochaine.

Levi-Sergio Mutemba

Suite au rejet de l’accord de transition entourant le Brexit et à une semaine d’un nouveau vote au Parlement britannique, les investisseurs n’excluent plus une sortie dure du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE). Ce scénario n’est toujours pas central, mais l’intensification des incertitudes suffit à semer le doute.

L’accord de transition négocié entre la première ministre Theresa May et la Commission européenne prévoit une sortie à compter du 30 mars 2019, assorti d’une période de 21 mois (jusqu’au 31 décembre 2020) de négociations commerciales, durant laquelle le Royaume-Uni continuerait d’honorer ses engagements vis-à-vis de l’UE, tout en continuant de jouir de l’accès aux fonds structurels du marché unique, tels que ceux mis en place par la politique agricole commune. Ce qui se traduit par un règlement financier de 40-45 milliards d’euros pour les Britanniques.

Rien qui puisse débloquer la situation

L’accord a fait l’objet d’un vif rejet lors d’un vote au Parlement la semaine dernière, aussi bien de la part de l’ensemble des travaillistes que de la moitié des députés du parti conservateur de la première ministre. Celle-ci cherche désormais à rallier des membres de l’opposition et présenter un accord retouché, lundi prochain au Parlement. Autant dire que les marchés sont sceptiques.

Pour Mark Dowding, Directeur des Marchés Développés chez BlueBay Asset Management (BlueBlay AM), la situation au Royaume-Uni n’est pas loin de la «pagaille», le Brexit faisant «la risée des investisseurs internationaux». Selon lui, il y a «peu de chances que les travaillistes soient disposés à sauver la première ministre, dès lors que le parti conservateur semble se diriger tout seul vers l’autodestruction».

Bien que les investisseurs ne désirent pas mieux qu’un Brexit ordonné, «le flou demeure quant à la façon dont les choses peuvent se débloquer», poursuit Mark Dowding. Qui ajoute qu’il va peut-être falloir la manifestation d’une «menace réelle» d’une sortie dure, afin de créer la dynamique nécessaire à la conclusion d’un compromis.

La livre pourrait s’orienter à la hausse

«L’attention reste centrée sur la livre sterling, même suite à la récente atténuation des risques liés au Brexit», observent les tacticiens du marché des changes de Morgan Stanley, dans leur FX Morning publié vendredi. Pour qui la devise britannique pourrait s’orienter à la hausse, au moins à court terme. Morgan Stanley semble accorder une certaine importance aux propos tenus par un porte-parole de Theresa May, confirmant que les tractations avec l’opposition seraient sur la bonne voie.

«Jeremy Corbyn, le chef de l’opposition, a affirmé de son côté qu’un second référendum sur le Brexit demeurait une option», soulignent les stratégistes forex de Morgan Stanley. «Les leaders européens, confrontés à une économie affaiblie, peuvent avoir un intérêt marqué à prévenir une récession provoquée par un Brexit. Les probabilités d’une séquence d’informations positives pour la livre sterling ont augmenté, poussant la livre vers le haut.»

«Nous ne pensons pas que l’UE reculera sur les aspects les plus controversés de l’accord, tels que le filet de sécurité, du moins de façon suffisante pour faire accepter l’accord par les partisans les plus extrêmes du Brexit», estiment Stephanie Kelly, spécialiste d’économie politique chez Aberdeen Standard Investments. Selon elle, même si l’UE se montrait conciliante, les partisans du maintien du Royaume-Uni au sein du marché unique pourraient préférer un scénario où il n’y aurait pas d’accord du tout.

NN Investment Partners (NN IP) doute pour sa part que Theresa May ne dispose de suffisamment de temps pour présenter une alternative susceptible d’être favorablement accueillie. D’où la volatilité des actifs sensibles au Brexit, tels que les actions britanniques à fort biais domestique. NN IP note en outre que les investisseurs ne sont toujours pas sous-pondérés sur les actions anglaises. De sorte qu’il existe toujours une marge de pertes supplémentaires importante en cas d’intensification des incertitudes et de la volatilité.





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...