Attention à ne pas mélanger le risque et la volatilité

jeudi, 10.01.2019

Plutôt que de se protéger de la volatilité des marchés, l’investisseur doit exploiter les opportunités d’investissement.

Juan Nevado*

Plutôt que de se protéger de la volatilité des marchés, les investisseurs devraient chercher à exploiter les opportunités d’investissement qui s’y présentent, tout en agissant toujours de manière cohérente et rationnelle. Il est important de ne pas confondre volatilité et risque. Alors que le risque est la possibilité d’une perte permanente de capital, la volatilité est simplement la fluctuation du prix de l’actif. 

Ne pas céder à l’émotion

Le sentiment des investisseurs est devenu de plus en plus négatif l’an dernier, car les nouvelles ont été dominées par une variété de facteurs inquiétants et presque toutes les catégories d’actifs ont chuté. Lorsque les prix évoluent de cette façon, les investisseurs devraient toujours se demander si les changements sont justifiés par une modification des faits ou si les participants au marché laissent leurs émotions prendre le dessus. 

Les prix de décembre suggèrent que les investisseurs s’attendent à une récession imminente. Cependant, les faits ne semblent pas concorder avec leur appréciation. Certes, le rythme de l’activité économique s’est ralenti, mais l’économie mondiale continue de croître, de même que les bénéfices des sociétés à l’échelle mondiale, bien qu’à un rythme plus lent que plus tôt dans l’année. 

La volatilité en 2018 peut s’expliquer au moins en partie par la présence d’un comportement irrationnel à court terme de la part des investisseurs, déclenché par les mauvaises nouvelles qui font la une des journaux. Je crois que l’ampleur des mouvements récents des prix des actifs, en particulier des actions non américaines et des actifs des marchés émergents, constitue une réaction excessive et donc une opportunité. 

Pour rebondir sur ce point, ma philosophie d’investissement repose en grande partie sur la comparaison des valorisations relatives des différentes classes d’actifs et sur l’évaluation des raisons rationnelles pour lesquelles certains investissements semblent moins chers ou plus chers. L’un des principaux facteurs à considérer est le rendement des bénéfices, c’est-à-dire la rémunération que le marché exige pour posséder un actif particulier. 

Depuis que le cours des actions a chuté récemment, même si les bénéfices des sociétés ont continué d’augmenter, le rendement des bénéfices boursiers a augmenté et les actions sont devenues moins chères. À mon avis, les investisseurs sont actuellement surcompensés pour le risque qu’ils prennent en détenant des actions. En effet, les actions sont maintenant évaluées de la même façon qu’en janvier 2016, après le sell-off lié aux craintes sur la Chine, malgré l’amélioration des bénéfices des entreprises et des données économiques.

Pas d’actifs sans risque

Inversement, de nombreux secteurs des marchés obligataires semblent surévalués, les investisseurs ayant acheté des actifs dits «refuges» afin d’éviter le risque. C’est lorsque les investisseurs commencent à croire qu’un actif est considéré comme «sans risque» qu’il peut être le plus risqué, les prix étant injustifiés par les perspectives fondamentales. Je pense que c’est actuellement le cas pour la plupart des obligations d’État des marchés développés, en particulier en Allemagne, au Royaume-Uni, en France et au Japon. Après des années d’assouplissement quantitatif, les rendements restent très bas dans ces zones et semblent vulnérables à la faiblesse des prix dès que les autorités monétaires entament le processus de «normalisation» de leurs taux d’intérêt. Cela pourrait signifier que ces refuges traditionnels ne le sont pas.

L’exception est le marché du Trésor américain, qui semble à sa juste valeur.

La volatilité engendre des opportunités

Dans l’environnement politique actuel, il est toujours possible que les perspectives deviennent rapidement positives et négatives. Bien que la volatilité récente puisse sembler inconfortable pour les investisseurs, je préfère croire qu’elle présente des occasions de placement intéressantes. Parmi ceux-ci, j’inclurais les marchés d’actions de l’Europe, de la Corée et de la Russie, ainsi que les obligations d’État de l’Italie et de certains marchés émergents.

*M&G Investments





 
 
 

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

Les start-up vaudoises élues meilleures de Suisse

Mercredi, 4 septembre 2019 // Matteo Ianni

Flyability et Lunaphore terminent respectivement à la première et deuxième place du classement des 100 meilleures start-up nationales. Le dernier succès romand au Swiss Start-up Award remontait à 2016. Parmi les dix premiers, Vaud est représenté quatre fois.

Chaque année depuis neuf ans, le classement des 100 start-up les plus prometteuses de Suisse...


...