Promouvoir le progrès économique et social grâce au private equity

mercredi, 10.07.2019

Placements. Le contexte est-il favorable à un investissement? Investissons alors hors des sentiers battus sur les marchés émergents.

Philipp Müller*

L’an dernier, les valorisations des placements en private equity (PE) pourtant déjà élevées ont continué à progresser. Cela s’explique principalement par la concurrence croissante en termes de transactions des gestionnaires de private equity et des acheteurs stratégiques, qui sont à la recherche de rendements et de croissance dans un contexte de taux bas.

La quantité sans précédent de capitaux qui se focalisent sur un nombre limité d’actifs a  a fait que les multiplicateurs moyens du prix d’achat pour les rachats ont atteint de nouveaux records ces dernières années. 

Les investissements de qualité dans les pays industrialisés se négocient typiquement à des multiples de prix d’achat de l’ordre de 10 à 15, malgré une légère détente au premier trimestre 2019. Dans ce contexte, les investissements en PE sur les marchés émergents peuvent être intéressants, notamment pour les investisseurs qualifiés orientés long terme.

Les pays émergents affichent une croissance rapide, même en des temps d’accentuation des conflits commerciaux. La consommation domestique sur les marchés émergents s’est accélérée ces dernières années et représente un moteur important du progrès économique et social dans ces régions, en combinaison avec les tendances démographiques et une croissance plus rapide dans les zones sous-approvisionnées. 

De nombreux gestionnaires de fonds de private equity actifs dans les pays émergents en sont à un stade de développement précoce et ont lancé des fonds qui profitent à long terme de marchés dynamiques et souvent en cours de formation avec une asymétrie de l’information élevée. Un avantage essentiel de tels fonds en termes de valorisations est constitué par une moindre concurrence autour des transactions.

Le private equity sur les marchés émergents peut également intéresser les investisseurs qui souhaitent générer un rendement social ou écologique en plus du rendement financier. 

Les aspects environnementaux et sociaux jouent un rôle important dans le cadre d’une transformation de la société. Les gens manifestent pour le climat dans les grandes capitales et les gouvernements s’engagent de plus en plus à répondre aux enjeux écologiques et sociaux. La pression s’accroît sur les investisseurs institutionnels pour qu’ils prennent en compte les aspects sociaux et environnements. Il y a  a un ainsi une demande croissance d’investissements impactants, qui consistent à mettre du capital à la disposition d’entreprises dont l’action est profitable au plan social ou environnemental.

L’impact private equity constitue donc un objectif d’investissement intéressant, ne serait-ce qu’en raison de la focalisation des placements impactants sur les conditions de travail et la bonne gestion d’entreprise, des critères dont on sait qu’ils profitent au rendement des investissements dans les pays émergents. Les grands gestionnaires de fonds s’en sont également rendu compte et ce qui était autrefois le terrain de jeu des investisseurs impactants spécialisés attire désormais aussi des gestionnaires de private equity plus importants, parmi lesquels TPG, KKR et Bain Capital.

Il y a des signes prometteurs que le private equity et plus particulièrement l’impact private equity sur les marchés émergents génèrent des rendements plutôt intéressants pour les investisseurs, par exemple les taux de croissance de certains marchés tels que le marché de l’assurance ou les prestations de services financiers dans les pays émergents. 

Les rendements cibles excèdent en tous cas la performance du private equity sur les marchés traditionnels, mais aussi des actions cotés en bourses dans les pays émergents. 

La difficulté consiste à déterminer où, comment et avec qui investir. 

S’agissant des pays émergents, il est primordial de disposer d’une expérience, d’un savoir-faire local et de comprendre en profondeur les répercussions que peuvent avoir différents risques sur ces marchés et sur les entreprises intéressantes.

*Head of Investment Solutions, BlueOrchard Finance Ltd





 
 
 

Des chercheurs de l'EPFZ impriment des valves cardiaques en 3D

Mardi, 23 juillet 2019

Les premières valves cardiaques en silicone ont été créées. Il faudra attendre 10 ans avant de les utiliser.

Des chercheurs de l'EPFZ et de l'entreprise sud-africaine SAT ont créé des valves cardiaques en silicone avec une imprimante 3D. Relativement bon marché et pouvant être conçues sur mesure, elles ne seront toutefois pas utilisées...

Nouvelle loi sur les faillites: données personnelles oubliées

Mardi, 9 juillet 2019 // Maude Bonvin

La nouvelle législation sur les faillites donne trop de pouvoir aux fournisseurs d’accès au cloud.

C’est une révision de loi qui est passée quasiment inaperçue mais qui pourrait avoir de grandes conséquences sur nos données personnelles et celles des entreprises. Le Conseil fédéral veut, en effet, davantage réglementer le cloud. Actuellement,...

Les solutions de tri sélectif de Greenoffice conquièrent les bureaux tout autour du globe

Mardi, 9 juillet 2019 // Sophie Marenne

L’entreprise française Greenoffice a construit sa stratégie d’expansion internationale en s’appuyant sur la Suisse. Après Genève, Bâle et Zurich, elle vient de s’implanter à Lausanne.

Greenoffice a réussi à transformer un objet jusqu’alors dissimulé en un élément de décor tendance: la poubelle. Orientée grands comptes, la...

Décès de Valérie Boagno, ancienne directrice du Temps

Lundi, 8 juillet 2019

Valérie Boagno, qui a dirigé le Temps de 2010 à 2014, est décédée vendredi à l'âge de 54 ans.

Ancienne directrice du Temps, Valérie Boagno est décédée vendredi dernier à l'âge de 54 ans des suites d'une maladie. Elle avait dirigé le quotidien de 2010 à 2014, rappelle lundi le journal en lui rendant hommage. "Elle laissera l'image d'une...

Vers un retour de Bank of China à Genève

Lundi, 8 juillet 2019 // Elsa Floret

De retour de Pékin, le conseiller d'Etat en charge de l'économie, Pierre Maudet annonce notamment un partenariat avec une plateforme d’innovation et l'imminente implantation de Bank of China à Genève.

S’il reste difficile de quantifier arithmétiquement les dividendes commerciaux réels des déplacements comme ceux de cette délégation économique...


...