Opinion: Indépendance des banques centrales, de qui se moque-t-on?

lundi, 27.05.2019

François Savary*

François Savary, CIO, Prime Partners.

On ne passe quasiment pas un jour sans lire ou entendre des attaques contre la vacuité des banquiers centraux, qui seraient responsables de tous les maux. Il y a un point sur lequel D. Trump et la majorité des candidats libéraux du parti démocrate semblent d’accord: la Réserve fédérale doit être mise au pas. L’Europe est logée à la même enseigne dans cette recherche de bouc émissaire, qui apparaît souvent comme un moyen de se dédouaner des erreurs que les pourfendeurs de la politique monétaire veulent à tout prix cacher à l’opinion publique. Que les grands argentiers aient leur responsabilité dans les origines de la situation que nous connaissons est certain. Il y a cependant de quoi s’interroger quand on voit l’opinion céder aux sirènes des invectives anti J. Powell d’un Président qui a commis la baisse d’impôts la moins logique de l’histoire et la plus contestable socialement, au regard de la réalité économique américaine!

Il y a dix ans que nous vivons avec les conséquences de la crise de 2008. Il ne fallait pas être grand clerc pour se rendre compte que la sortie de ce choc majeur serait longue et erratique. Cette «évidence» nous avait conduit à souscrire à l’idée que la reprise se ferait en racine carrée sur plusieurs années; en d’autres termes, après un rebond fort, l’activité mondiale avancerait par oscillations autour d’une croissance modérée. La réalité a largement répondu à ces attentes. Pour parvenir à un tel résultat, il a fallu le support des politiques monétaires non conventionnelles, qui ont parfois tardé à être mises en œuvre, en Europe par exemple. Entendre que le carcan monétaire a limité la reprise relève au mieux d’une erreur et au pire d’une contre-vérité.

Peut-on vraiment croire que l’indépendance des banquiers centraux a limité la marge de manœuvre des hommes politiques? Non! Les politiques non conventionnelles des grands argentiers ont fait baisser les taux d’intérêt, favoriser les dépenses publiques par des achats de dettes gouvernementales portées au bilan des banques centrales et permis à la charge d’intérêt des dettes publiques de continuer à se languir à des niveaux historiquement bas. Les dirigeants politiques avaient tout le loisir de mettre en place des politiques de relance ou de coopération internationale pour stimuler la conjoncture. Une nouvelle fois, l’exemple des USA est révélateur. Un plan de relance des dépenses d’infrastructures, que toute personne sérieuse ne pouvait que défendre au regard du délabrement de ces dernières, est une nouvelle fois à l’étude…dix ans après la crise de 2008!

Le problème est que le financement est difficile à trouver, surtout après avoir procédé à la baisse d’impôts susmentionnée. L’Europe n’est guère mieux lotie, incapable d’avancer et de s’unir pour le bien commun, sous le leadership d’une Allemagne qui continue à penser qu’il n’y a pas de salut hors du modèle d’exportation. La version germanique de la coopération intra-européenne, définie par ses élites politiques, a constitué un handicap majeur pour le vieux continent et renforcé le sentiment, largement justifié, qu’Angela Merkel est, au mieux, une gestionnaire à défaut d’avoir les traits d’une visionnaire. L’étalage récent de sa «relation conflictuelle» avec E. Macron pourrait faire sourire, si l’Europe n’était pas confrontée à un risque croissant de déliquescence. 

Contrairement aux hommes politiques, les banquiers centraux sont des serviteurs de l’état et, à ce titre, sujets à un devoir de réserve. Ce qui manque depuis dix ans c’est l’absence de vision politique, car il va de soi que les idéologies de fermeture et de refus des modes de décisions coopératifs ne sont pas une option pour l’avenir. Arrêtons les attaques «bouc émissaires» à l’encontre des banquiers centraux, qui doivent simplement remplir leur fonction, assurer un développement aussi harmonieux que possible du cycle économique, en toute indépendance! Ce qui présuppose que les hommes politiques jouent leur rôle!

* CIO, Prime Partners





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...