Opinion: Déchiffrer un étrange contexte

lundi, 25.03.2019

Il y a certains moments où les questions sont plus importantes que les réponses. A l’issue d’un premier trimestre 2019 surprenant pour les marchés financiers à bien des égards, nous sommes confrontés à une telle situation.

François Savary*

François Savary, CIO, Prime Partners.

Il est vrai que, même si nous avons largement tiré profit de la reprise des cours des actifs risqués, celle-ci nous laisse avec une forme de scepticisme en raison d’une visibilité réduite sur le cycle économique, peut-être. Petite revue, non exhaustive, des interrogations qui nous animent.

L’Italie joue-t-elle avec le feu? On savait depuis longtemps que le gouvernement en place à Rome était capable des «plaisanteries des plus douteuses». Dans ce contexte, lire que l’Italie est encline à considérer sa participation au plan chinois de la nouvelle route de la soie n’est pas anodin, tant cette déclaration est de nature à mettre en lumière toutes les faiblesses de l’Europe dans la période récente.

Alors que E. Macron tente de relancer une vision pour le Vieux Continent, le geste de Rome apparaît comme un «coup de poignard dans le dos» à un projet européen qui semble de plus en plus à bout de souffle. Faut-il voir dans l’attitude italienne une stratégie de nature à peser sur les négociations intra-européennes sur la question du budget italien?

S’agit-il d’un développement plus dangereux qui démontre (une nouvelle fois) la désunion grandissante du Vieux Continent, déjà soumis aux affres du Brexit, à la «révolte» du groupe de Visegrad ou encore à la poussée des populismes de toutes sortes? L’Europe sera-t-elle capable de contenir l’initiative italienne pour la ramener à la raison et éviter l’entrée du cheval de Troie chinois dans le cœur économique de l’Union? 

D. Trump est-il prêt à jouer le dollar à la baisse? Après l’arme de la baisse des impôts - dont les effets sur la croissance commencent à s’essouffler et l’impact négatif sur les comptes extérieurs US à se concrétiser - et celle de la guerre commerciale, le Président américain commence à parler de la vigueur excessive du dollar.

S’agit-il d’un (des nombreux) propos intempestif du locataire de la Maison Blanche ou faut-il y voir l’ébauche du retour à la célèbre politique de l’Oncle Sam qui avait conduit un Secrétaire au Trésor à déclarer: «Le dollar notre monnaie, votre problème»? Un dollar plus faible ne serait pas une mauvaise chose pour les marchés financiers, en raison de son impact positif sur la liquidité disponible. Il y a cependant un élément qui pourrait perturber ce raisonnement et il faut le rechercher dans la politique commerciale des USA à l’encontre de la Chine. L’accord qui semble se dessiner entre Beijing et Washington pourrait impliquer un engagement chinois de ne pas jouer avec sa monnaie.

Est-ce à dire que dans l’esprit du président américain, le dollar est trop fort... contre l’euro, avant tout? La devise européenne va-t-elle être la victime de choix d’un accord sino-américain sur les changes, avec son lot de conséquences pour la conjoncture dans l’Union monétaire? Face à un tel risque, faut-il profiter de la vigueur des actions de la zone euro pour réduire l’exposition? 

Un rallye des bourses sans flux de fonds positifs peut-il durer? Un regard sur les statistiques EPFR est révélateur. A la mi-mars, les actions mondiales progressaient de plus de 11% lors que dans le même temps les flux de fonds laissaient apparaître des sorties de capitaux de plus de 31 milliards de dollars, principalement sous l’effet d’une poursuite des ventes des véhicules de placement actifs plus importantes que les achats de produits indiciels de type ETF.

En outre, les seules marchés actions des pays développés avaient vu les retraits atteindre 54 milliards de dollars depuis le 1er janvier, alors que les titres émergents connaissaient une collecte de plus de 20 milliards de dollars dans le même temps. Faut-il en conclure que les investissements dans les pays émergents deviennent d’autant plus vulnérables que la poussée sur les actions des économies développées résulte d’abord des phénomènes de rachats d’actions par les sociétés? Les bourses peuvent-elles poursuivre leur progression dans un contexte de flux négatifs? Certaines études tendent à démontrer que la performance des indices boursiers est historiquement «expliquée» pour 50% par des flux acheteurs.

Les années de hausse des indices et de flux vendeurs sur les actions sont rares depuis 2002, à l’image de 2012 et 2016. Sommes-nous rentrés dans un monde différent? Les règles d’hier sont-elles dépassées? A contrario, eu égard à la bonne performance des bourses depuis le 1er janvier, ne faut-il pas s’inquiéter d’autant plus de l’évolution défavorable des flux de fonds?  

La période est aux interrogations, d’autant plus légitimes que les performances sont bonnes et que l’on peut réfléchir de manière sereine. Il ne faut pas s’en priver! Des questionnements inutiles, selon vous? Publius Syrius a dit un jour «Toute question ne mérite pas réponse», personnellement je souhaiterais beaucoup avoir les réponses aux interrogations susmentionnées, ne serait-ce que pour tenter de prendre les bonnes décisions de placement pour les prochains mois.

* CIO, Prime Partners





 
 
 

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

Les start-up vaudoises élues meilleures de Suisse

Mercredi, 4 septembre 2019 // Matteo Ianni

Flyability et Lunaphore terminent respectivement à la première et deuxième place du classement des 100 meilleures start-up nationales. Le dernier succès romand au Swiss Start-up Award remontait à 2016. Parmi les dix premiers, Vaud est représenté quatre fois.

Chaque année depuis neuf ans, le classement des 100 start-up les plus prometteuses de Suisse...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...