Et si la Chine vendait ses obligations du Trésor américain?

vendredi, 24.05.2019

Obligataire. Une telle démarche provoquerait la hausse des rendements US et dégraderait le déficit budgétaire.

Gianni Pugliese*

La guerre commerciale s’intensifie et alimente toutes sortes de scénarios dont les auteurs, qui sont également les acteurs, ne connaissent pas le dénouement eux-mêmes. Qui sait quelle sera la durée de l’affrontement et ses conséquences sur l’économie globale?
Le suspense économique et politique crée l’incertitude et fragilise le sentiment des investisseurs. Depuis début mai et la montée d’un cran des tensions entre les Etats-Unis et la Chine, les indices boursiers reculent, les primes de crédit s’élargissent et les devises émergentes souffrent. Inversement, les rendements gouvernementaux américains et allemands baissent. L’économie mondiale est en otage et la crainte de voir la croissance globale s’étouffer s’installe.
Autre source d’inquiétude, les potentielles représailles chinoises. Pour rappel, les autorités américaines pourraient taxer la totalité des importations de biens chinois, un montant imposable dépassant 500 milliards de dollars. Ce chiffre est environ quatre fois supérieur aux importations chinoises de biens américains. C’est pourquoi si Pékin risque de tomber rapidement à court de munitions sur le front des droits de douane, des mesures compensatoires sont envisageables.
Parmi celles-ci, un certain nombre d’acteurs redoutent que le plus gros détenteur étranger de bons du Trésor ne liquide une grande partie de son portefeuille. Une telle démarche provoquerait la hausse des rendements US et dégraderait le déficit budgétaire à travers la hausse du coût de la dette. Au vu du rôle international du dollar, les taux d’intérêt augmenteraient également ailleurs, ce qui pourrait déclencher un ralentissement économique mondial.
Un point de vue plutôt alarmiste que certains nuancent, autant sur le bien-fondé de la démarche que sur ses conséquences. En effet, une vente massive de bons du Trésor ouvrirait un nouveau front de guerre commerciale et causerait une forte instabilité financière. Dans la lignée, la vente de dollars contre yuans renforcerait la devise chinoise et nuirait aux exportations.
Et quelle alternative au marché des Treasuries, l’un des rares capable d’absorber l’ampleur de la demande tout en offrant des rémunérations bien supérieures à celles du Japon, de l’Allemagne ou de l’Angleterre? Les interrogations ne manquent pas mais pour en citer une dernière, combien la Chine est-elle prête à perdre sur son stock de 1100 milliards de dollars d’obligation américaines? Peu importe, peut-être, si le but est de semer le trouble.
Pour conclure, l’histoire récente a montré qu’une vague de ventes ne provoque pas nécessairement une hausse des rendements. En 2016, la Chine avait vendu un montant net de 160 milliards de dollars de bons du Trésor afin de soutenir sa devise et le rendement du 10 ans américain avait augmenté de 2,30% à 2,44%, une hausse toutefois surtout liée à l’élection du président Donald Trump.
L’inverse s’était produit en 2011 lorsque, durant le second semestre, la Chine vendait ses bons du Trésor et le rendement du 10 ans finissait l’année en baisse à 1,88%, contre 3,74% en février. La baisse était cette fois liée à l’aversion au risque suite à la crise souveraine européenne. Rien n’est noir ou blanc, au contraire, le film est tourné en technicolor.

* Analyste obligations, Mirabaud & Cie





 
 
 

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

Les start-up vaudoises élues meilleures de Suisse

Mercredi, 4 septembre 2019 // Matteo Ianni

Flyability et Lunaphore terminent respectivement à la première et deuxième place du classement des 100 meilleures start-up nationales. Le dernier succès romand au Swiss Start-up Award remontait à 2016. Parmi les dix premiers, Vaud est représenté quatre fois.

Chaque année depuis neuf ans, le classement des 100 start-up les plus prometteuses de Suisse...


...