Ces banques centrales qui nous veulent du bien

lundi, 04.11.2019

Obligataire. La Réserve fédérale américaine a assoupli sa politique monétaire, mais l’institut a en outre signalé sa volonté de ne pas en faire davantage.

François Christen*

Les marchés financiers ont bien digéré le copieux menu de la semaine passée. La Réserve fédérale a agi comme escompté en réduisant encore une fois son taux d’intérêt directeur désormais fixé dans une marge comprise entre 1,5% et 1,75%. Comme en septembre, deux membres du FOMC se sont opposés à la décision d’assouplir les conditions monétaires (Esther George et Eric Rosengren), mais une large majorité du comité s’est prononcée en faveur d’un nouveau geste de relance. 

Le ton du communiqué ainsi que les propos formulés par Jerome Powell lors de la conférence de presse et par plusieurs responsables les jours suivants ne préfigurent pas de réduction de taux d’intérêt en décembre. A défaut de symptômes alarmants, la Fed devrait maintenir le statu quo. La physionomie de la courbe des rendements en dollars US est compatible avec ce scénario. Le rendement du T-Note à deux ans s’établit à l’intérieur de la cible visée par la Fed. L’horizontalité de la structure des taux d’intérêt entre deux et cinq ans semble annoncer un maintien durable des conditions monétaires, alors que la pente ascendante au-delà de cinq ans traduit la confiance des investisseurs qui ont porté les indices S&P 500 et Nasdaq vers de nouveaux sommets.

L’actualité conjoncturelle est assez réjouissante, même si la modération de la croissance du PIB s’est vue confirmée par la première estimation dévoilée mercredi passé. L’expansion trimestrielle de 1,9% en rythme annualisé (2,0% en glissement annuel) est principalement alimentée par la consommation des ménages, en hausse de 2,9%, alors que les dépenses d’investissements non résidentielles affichent un recul significatif de -3,0%. La modeste reprise des exportations (+0,7% après -5,7%) ne rassure guère, tandis que l’investissement résidentiel affiche un redressement tangible à mettre au crédit de la Fed qui a favorisé un déclin des taux d’intérêt hypothécaires.

Très attendu, le rapport de l’emploi met en lumière une embauche robuste en octobre (128.000 après 180.000 en septembre, un chiffre revu à la hausse), malgré une distorsion négative liée à la grève des employés de GM. Le rebond marginal du taux de chômage, de 3,5% à 3,6%, ne remet pas en question la bonne santé du marché du travail. La progression du salaire horaire moyen, inchangée à 3% en glissement annuel, n’est pas de nature à impliquer des risques d’inflation. Au contraire, elle étaye le diagnostic du vice-président de la Fed Richard Clarida qui estime que l’économie est bien positionnée – «in a good place» en v.o. Seule zone d’ombre, la faiblesse du secteur manufacturier est confirmée par l’indice ISM qui reste en-dessous de 50, malgré un timide redressement en octobre (48,3 après 47,8), mais cette jauge semble avoir perdu de sa pertinence au profit de l’enquête conduite auprès des secteurs non manufacturiers, dont les résultats seront dévoilés aujourd’hui.

Détente insignifiante

En Europe, plusieurs indicateurs confirment la méforme de la zone euro. La croissance du PIB n’a pas dépassé 0,2% au troisième trimestre (1,1% en glissement annuel), conservant le rythme lent déjà observé le trimestre précédent. Le déclin de l’indice de confiance de la Commission Européenne (100,8 en octobre après 101,7 en septembre) ne permet pas, à ce stade, de diagnostiquer un renforcement de la conjoncture. Au mieux, l’amélioration du climat des affaires pourrait annoncer un léger renforcement de l’activité en 2020.

Le comportement de l’inflation (0,7% en glissement annuel en octobre, 1,1% hors énergie et alimentation) justifie toujours l’activisme de la BCE, désormais officiellement présidée par Christine Lagarde qui entame un mandat de huit ans. La structure des taux d’intérêt en euros n’a guère évolué la semaine passée. Une détente insignifiante a conduit le rendement du «Bund» allemand à dix ans à -0,35%.

Au Royaume-Uni, on observe un repli des rendements en livres sterling. Le report du «Brexit» et la tenue d’élections parlementaires le 12 décembre sont désormais confirmés. En Suisse, Thomas Jordan a encore une fois justifié les taux d’intérêt négatifs et laissé entendre qu’une baisse accrue n’était pas exclue si cela s’avérait nécessaire pour empêcher une appréciation excessive du franc. Le retour de l’inflation en territoire négatif (-0,3% en glissement annuel en octobre) apporte une légitimité au combat de la BNS  pour préserver la compétitivité des entreprises helvétiques. 

Au Japon, le Gouverneur de la banque centrale, Haruhiko Kuroda, a aussi évoqué un «biais» vers l’assouplissement monétaire qui a favorisé un déclin des rendements en yens tout en stimulant l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

*Banque Profil de Gestion SA à Genève





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...