Perspectives en Asie pour 2019

mercredi, 09.01.2019

Nous sommes prudemment positifs sur les marchés asiatiques, estimant qu’il existe un potentiel de rebond.

Daryl Liew*

L’année écoulée a été particulièrement difficile pour les actions asiatiques en raison de différents facteurs liés qui ont entraîné les marchés à la baisse. Dans un contexte de resserrement de liquidité, la Réserve fédérale américaine a poursuivi sa série de hausses de taux prévues, le dollar s’est ainsi renforcé et les investisseurs institutionnels ont quitté les marchés émergents et asiatiques pour revenir aux placements en dollars. La forte flambée des prix du pétrole, au premier semestre de l’année, a également accentué la détérioration des conditions de liquidité du marché. La combinaison de ces facteurs a eu un impact négatif sur le degré de risque des titres sur les marchés émergents, entraînant une forte correction des prix, en particulier dans les pays dont les fondamentaux étaient plus faibles. 

Accroissement des incertitudes

Après une année 2017 exceptionnelle où les indicateurs de croissance ont tous fortement progressé, cette année a également été marquée par une croissance hors États-Unis décevante, avec un recul particulièrement marqué en Europe. L’escalade des tensions commerciales à l’échelle mondiale a également contribué à accroître l’incertitude, ce qui a nui à la croissance globale. Ces prévisions de croissance plus faible ont entraîné une révision à la baisse des bénéfices des sociétés, les estimations consensuelles des bénéfices pour l’Asie hors Japon en 2018 étant passées de 13% en décembre 2017 à seulement 3,8% à fin novembre 2018. Il n’est donc pas surprenant que les marchés asiatiques aient connu des difficultés face à ces interrogations, l’indice Asie hors Japon ayant baissé de 15 % cette année et la cote des actions de catégorie A en Chine ayant reculé de plus de 20%. 

Qu’en est-il pour 2019?

Nous sommes prudemment positifs sur les marchés asiatiques pour 2019, estimant qu’il existe un potentiel de rebond. Nous sommes optimistes car la plupart des enjeux macroéconomiques montrent des signes d’apaisement. La Fed est probablement proche de la fin de son cycle de resserrement, les commentaires des dirigeants de la Fed suggérant récemment une position plus consensuelle. La fin de la hausse des taux d’intérêt devrait freiner l’un des facteurs déterminants de l’appréciation du dollar, ce qui laisse entendre que le dollar pourrait être en baisse. Les inquiétudes portent également sur le ralentissement de l’économie chinoise, en partie parce que Pékin s’est concentré sur le désendettement et la réduction du risque systémique dans le système financier. Avec le fléchissement des indicateurs économiques, le gouvernement a réorienté sa politique afin de soutenir de manière ciblée les exportations et les PME touchées par les incertitudes commerciales. La Chine dispose de ressources pour mettre en œuvre d’autres mesures de relance ciblées en cas de besoin, ce qui signifie qu’elle devrait atteindre ses objectifs de croissance pour 2019, ce qui sera bénéfique pour le reste de l’Asie. 

Négociations «commerciales» entre USA et Chine 

Les tensions entre les États-Unis et la Chine demeurent l’une des préoccupations macroéconomiques qui ternit les marchés asiatiques. Bien que le conflit ait commencé comme un différend commercial avec les États-Unis visant à réduire le déficit commercial avec la Chine, l’évolution au cours de ces derniers mois laisse à penser que ce litige ne concerne pas uniquement le commerce, mais de manière plus globale le leadership technologique, la sécurité et la propriété intellectuelle. L’appel lancé par Washington à Pékin pour mettre un terme aux subventions et au soutien aux entreprises du secteur Made in China 2025 est au cœur du litige et retarde les négociations. Si la trêve des 90 jours convenue lors du sommet du G20 est une avancée positive, le fait est que les deux pays restent très opposés sur plusieurs questions clés, ce qui rend un futur accord extrêmement difficile. L’annonce de l’arrestation du directeur financier de Huawei, qui doit répondre à des allégations de violation des sanctions commerciales, est un exemple des problèmes profondément enracinés qui subsistent. Il ne s’agit là que du dernier cas où des entreprises chinoises ont été prises pour cible, après respectivement les interdictions d’exportation imposées cette année à ZTE et à Fujian Jinhua pour violation des sanctions américaines et vol présumé de propriété intellectuelle. 

Compromis bénéfique

Il sera plus difficile de parvenir à un accord sur ces questions de technologie et de propriété intellectuelle, mais ce sur quoi les États-Unis et la Chine pourraient s’entendre, le cas échéant, sont les limites et un encadrement pour résoudre ces différends. Cela gommera beaucoup d’incertitude sur les marchés et favorisera une reprise des marchés asiatiques.

*Responsable de la gestion de portefeuilles, Reyl Singapour





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...