Mini-Future: un levier relativement bon marché sur l'euro

dimanche, 16.06.2019

Marché des devises. Les chocs de la demande dopaient l’épargne mondiale ainsi que le dollar, tant que le commerce international n’était pas menacé.

Levi-Sergio Mutemba

Dans leur bulletin tactique du marché des devises, publié vendredi, les experts de Morgan Stanley notent à quel point le secteur privé américain a bénéficié de la globalisation au cours des dernières décennies. Grâce à elle, il a notamment pu importer des capitaux étrangers bon marché. En dix ans, à fin décembre 2018, la position d’investissement international nette (NIIP) des États-Unis est ainsi passée d’un niveau négatif de -5000 milliards de dollars environ à un déficit de 10.000 milliards.

C’est en grande partie ce capital maintenu bon marché, grâce à une politique monétaire particulièrement expansionniste, qui a contribué à accentuer l’efficience et la rentabilité des débiteurs institutionnels américains. «La majorité de la hausse des profits aux États-Unis au cours de la décennie écoulée est due à des sources de financement étrangères», soulignent les analystes forex de Morgan Stanley.

Du reste, la supériorité des revenus tirés des placements des agents américains à l’étranger (par rapport aux revenus tirés des placements étrangers aux États-Unis) explique ce paradoxe consistant pour les États-Unis à afficher un solde NIIP négatif alors que le solde des revenus est positif. Les entreprises américaines, concluent les experts de la banque d’affaires, «ont profité de la globalisation de façon disproportionnée».

L’un des principaux bénéficiaires en est le dollar US. Jusqu’ici. En effet, en l’absence de guerre commerciale, les chocs de la demande profitent au dollar, soit en tant que valeur refuge soit en tant que devise dans laquelle sont libellés les actifs les moins exposés à ces chocs de nature globale. Mais lorsque les échanges internationaux sont menacés, c’est-à-dire ce sur quoi repose l’accumulation des revenus tirés des entreprises américaines à l’étrangers et le solde positif des revenus des États-Unis, le dollar est plus vulnérable.

Notamment face au yen, mais aussi face à l’euro. D’où l’intérêt du certificat EUR-USD Mini-Long (ISIN CH0304566224) sans échéance (open-end). Ce mini-future a été émis en décembre 2015 au prix de 2,63 francs (sans couverture contre le risque de change), lorsque l’euro valait 1,2200 dollar contre 1,1208 actuellement, à peine quelques jours avant l’abandon du peg par la Banque nationale suisse (BNS) au début du mois de janvier 2016.

La dépréciation graduelle et continue de l’euro contre le dollar a été telle que le mini-future, dont le levier était de 4 fois à l’émission, a perdu un peu plus de 55% de sa valeur depuis son lancement. Il s’échange actuellement au prix de 1,40 franc à la SIX Structured Products, d’après les données de son émetteur, BNP Paribas, au vendredi 14 juin. Son levier est donc de 8x au cours actuel du sous-jacent, celui-ci se situant à 12% du stop-loss actuel.

Avec un niveau de financement de 0,9839 dollar, qui correspond à l’apport de l’émetteur par rapport au cours du sous-jacent, l’apport de l’investisseur n’est que de 12%. Rappelons que le niveau de financement ajouté à l’apport de l’investisseur correspond au prix du sous-jacent. Ce niveau de financement évolue avec le temps, afin de s’ajuster aux conditions du marché, mais ne diminue jamais (dans le cas des mini acheteurs).

Dès lors que la banque émettrice mobilise des fonds pour offrir à l’investisseur l’accès à ce capital ou, autrement dit, pour lui permettre de ne mobiliser qu’une fraction du prix total du sous-jacent, ce dernier paie quotidiennement des frais de financement basés sur une marge d’intérêt (financing spread) fixée par l’émetteur et intégrés dans le prix du produit. Cette marge d’intérêt repose à son tour sur le taux de référence du marché monétaire (Libor).

Ce taux de financement est actuellement de 7,27%, d’après les données BNP Paribas, sachant que le spread maximal prédéfini par au taux Libor est de 5% (le taux Libor était en effet de 2,27% vendredi 14 juin). Enfin, les investisseurs suisses courent le risque supplémentaire d’une évolution défavorable du dollar par rapport au franc suisse, contrairement à la perspective de l’investisseur résidant dans la zone euro.





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...