Un rebond déjà en manque de souffle?

lundi, 11.02.2019

Marché actions. Les grands indices ont clôturé en baisse une semaine en dents de scie. Une lecture trop rapide de l’actualité peut amener à se fourvoyer sur les causes de ces reculs.

Enguerrand Artaz*

En Europe, la semaine a été marquée par la publication de nouvelles prévisions de croissance de la Commission européenne, qui a nettement revu à la baisse ses anticipations, en particulier pour 2019. Bruxelles table sur une croissance du PIB 2019 de 1,3% pour la zone euro et de 1,5% pour l’Union européenne, contre respectivement 1,9 et 2,0% précédemment. Les révisions les plus fortes concernent l’Italie (+0,2% contre +1,2%) entrée techniquement en récession, et l’Allemagne (1,1 contre 1,8%) qui pourrait connaitre la même déconvenue lors de la publication de sa croissance du 4e trimestre 2018, le 14 février prochain. En comparaison, la France limite les dégâts (1,3 contre 1,6%). 

Un sacré coup de rabot donc, mais qui ne fait qu’entériner un ralentissement déjà acté par les analystes, en partie intégré dans les prix par les marchés, et face auquel la Banque centrale européenne a déjà assoupli sa position. Comme à l’accoutumée, les grandes institutions politiques arrivent en queue de peloton dans la révision des prévisions économiques. Une simple confirmation donc, qui n’explique que partiellement les récents mouvements de marchés. 

Au-delà du Vieux Continent, les négociations sino-américaines ont de nouveau été au centre des préoccupations, avec des messages contradictoires. En début de semaine, l’optimisme était de mise et d’aucuns espéraient que Donald Trump donne des indices à l’occasion de son discours sur l’état de l’Union mercredi dernier. Mais le Président américain n’y a guère fait allusion. 

Le lendemain, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, laissait de plus entendre que les négociations ne progressaient guère, et la chaîne CNBC indiquait qu’une rencontre entre M. Trump et Xi Jinping était «hautement improbable» avant le 1er mars, fin de la trêve conclue au G20. Des éléments qui certes n’ont guère été du goût des investisseurs, mais qui, là encore, n’expliquent pas tout.

De nombreux abaissements d’objectifs

Au-delà des données macroéconomiques et des aléas géopolitiques, ce sont également les résultats d’entreprises qui n’ont pas été suffisamment bons pour constituer un catalyseur pour les marchés. Les avertissements sur résultats et, surtout, les abaissements d’objectifs ont été nombreux. Aux Etats-Unis, alors que les publications du 4e trimestre 2018 sont globalement en ligne avec les attentes, les anticipations de bénéfices par actions pour les trois prochains trimestres ont été revues en baisse au cours du mois dernier. En Europe, les résultats du 4e trimestre sont jusqu’ici en demi-teinte: seules 47% des entreprises ont battu les anticipations du consensus, un ratio au plus bas depuis fin 2014. 

Peu à peu, le marché affiche moins de complaisance et les déceptions sur les résultats commencent à être sanctionnées. Plus généralement, alors que le rallye de janvier, en partie technique, a servi à corriger les excès de sous-valorisation issus de la baisse de décembre, les investisseurs semblent à présent ne plus percevoir de catalyseurs susceptibles de justifier une poursuite de la hausse, le caractère accommodant des banques centrales ne venant que contrebalancer les doutes sur la croissance mondiale. Il reste néanmoins des potentiels intéressants dans de nombreux segments. A condition d’accepter, probablement, un surcroît de volatilité.

Zoom sur CNH: les fondamentaux s’améliorent encore

Le leader des véhicules utilitaires et des équipements agricoles a publié des résultats de très bonne facture au titre du 4e trimestre, notamment un BPA au-dessus de la borne haute des attentes du consensus. La nouvelle la plus positive est l’amélioration de la génération de liquidités. Au 3e trimestre, la société, qui avait fixé un objectif de dette industrielle nette de 700 à 900 millions de dollars, a finalement terminé l’année avec 600 millions. Le niveau d’endettement élevé est historiquement le point faible de la société. 

Par conséquent, toute nouvelle positive relative à la structure financière est très bien reçue par le marché. L’augmentation du dividende témoigne de la confiance du management et de sa volonté de favoriser à l’avenir le retour aux actionnaires. Par ailleurs, sur 2018, la marge d’EBITDA a progressé de 8,5 à 9,6%. Toutes les divisions ont contribué à cette amélioration, notamment la division agricole, la plus profitable du groupe, et la division véhicules utilitaires, l’activité à problèmes de CNH. L’amélioration est sensible pour les équipements de construction, la marge de la division passant de 1,9 à 5%. Les objectifs 2019, qui semblent réalistes, offrent un potentiel de surprise positive: la société vise un chiffre d’affaires de «modeste croissance» et une croissance du BPA de 5 à 10%, avec un niveau d’endettement qui doit continuer à se réduire. Il faudra néanmoins surveiller la division des équipements agricoles, dont les perspectives sont tributaires de l’issue des négociations commerciales sino-américaines. 

Le facteur exogène que constitue la «guerre commerciale» sera un moteur essentiel de la performance du titre cette année. L’autre facteur sera l’évolution de la structure de la société. Nous tablons sur sa simplification et le recentrage sur l’activité matériel agricole. Les attentes sont faibles et la valorisation actuelle ne reflète pas le potentiel intrinsèque de la société.

*Analyste-gérant à La Financière de l’Echiquier 





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...