Contre le travail forcé: l’approche ESG

lundi, 02.03.2020

L’investissement socialement responsable pourrait être le tigre des abolitionnistes de l’esclavage moderne, pour autant que les entreprises diffusent leurs listes de fournisseurs et sous-traitants.

Sudhir Roc-Sennett*

Sudhir Roc-Sennett

En ce XXIe siècle, 25 millions d’individus effectuent un travail forcé et, selon l’Organisation internationale du travail, quelque 89 millions de personnes ont été prises au piège de l’esclavage moderne entre 2011 et 2016. Ce phénomène n’est pas limité aux zones géographiques frappées par la pauvreté, il se retrouve également au sein de nos propres foyers.

Depuis l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis en 1865, ses causes, argent et pouvoir, n’ont pas changé, mais ses méthodes ont évolué. Ses chaînes sont faites de coercition et de mensonge. L’esclavage contemporain est un terme générique qui désigne la traite des êtres humains, le mariage forcé et le travail forcé aux fins d’exploitation sexuelle. En 2012, il a généré des bénéfices de l’ordre de 150 milliards de dollars, montant qui correspond à l’ensemble des bénéfices nets réalisés par les entreprises du secteur financier du S&P 500 cette année-là. Les profits tirés du travail forcé s’infiltrent dans nos foyers par le biais de biens importés, une situation qui est rendue possible par la complexité des chaînes de sous-traitance et d’approvisionnement. Ces dernières se composent en effet de plusieurs niveaux fournisseurs (au 1er niveau, l’entreprise achète à ses fournisseurs qui, eux-mêmes, se servent chez d’autres fournisseurs, qui forment un 2e niveau, et ainsi de suite).

Or plus on s’éloigne du premier niveau, plus les problèmes s’aggravent comme le montre une étude réalisée en 2013 par l’ONG Sedex4. Elle constate en effet que si les entreprises ont des relations avec 45% de leurs fournisseurs de niveau 1 et 47% de leurs fournisseurs de niveau 2, cette proportion tombe à 7% pour leurs fournisseurs de niveau 3. De plus, la moyenne des cas de non-conformité révélés par un audit sur site pour les fournisseurs de niveau 3 est supérieure de 27% à celle des fournisseurs de niveau 1. Pour remédier à cette situation, toutes les parties prenantes doivent s’impliquer. Au niveau gouvernemental, la plupart des pays ont interdit l’esclavage il y a longtemps, cependant nombre d’entre eux ne disposent pas encore de lois ou de politiques qui interdisent l’importation de marchandises impliquant un travail forcé. Parmi ceux qui ont mis en place des réglementations concernant l’esclavage au niveau la chaîne d’approvisionnement, on peut citer le Royaume-Uni, la France, les USA, l’Australie et les Pays-Bas.

Les détenteurs d’actifs ont également un rôle à jouer, notamment en communiquant régulièrement avec les dirigeants d’entreprises. S’engager au bon moment, avec les bonnes personnes, peut avoir un effet de levier important, y compris au niveau des plus grandes entreprises de la planète. Lorsqu’on examine des questions sujettes à controverse, il n’est pas surprenant de constater que la plupart d’entre elles concernent les employés des entreprises, plutôt que ceux de leurs fournisseurs. Ce phénomène s’explique en bonne partie par le manque de connaissances et de visibilité sur ce qui se passe dans certaines parties de la chaîne d’approvisionnement. Dans les secteurs de la consommation, certains fournisseurs sont source de problèmes relativement graves.

Quelques exemples récents 

Pour illustrer ce propos, on peut citer quelques exemples récents de travail forcé qui ont affecté de grands noms de l’indice mondial des actions (MSCI ACWI). Le premier concerne l’entreprise américaine Procter & Gamble et son fournisseur d’huile de palme FGV Holdings Berhard. En 2018, ce dernier a vu le certificat de durabilité RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil) suspendu pour certaines de ses installations, en raison de l’absence de supervision de fournisseurs soupçonnés d’être impliqués dans le travail forcé. Le 2e exemple concerne le fabricant sud-coréen Samsung. A la suite d’un rapport de l’ONG China Labor Watch, l’entreprise a admis avoir exigé de ses employés un nombre excessif d’heures supplémentaires. Le rapport accusait en effet Samsung de forcer ses travailleurs à faire plus de 100 heures supplémentaires par mois, à accepter de fournir du travail non rémunéré et à rester debout durant les 11 à 12 h de leur temps de travail. Il relevait également de nombreux autres problèmes dans les usines chinoises du groupe. Lors d’un audit de 105 de ses fournisseurs chinois, Samsung a effectivement admis avoir découvert des pratiques de travail illégales.

Un dernier exemple concerne Associated British Foods, propriétaire de la marque de thé «Twinings» et du distributeur Primark. En 2018, l’ONG néerlandaise «The India Committee of the Netherlands» a découvert que certains des fournisseurs de l’entreprise retenaient leurs travailleurs en captivité et les empêchaient de quitter leurs usines. En outre, en 2015, la BBC avait déjà fait état des mauvaises conditions de travail des ouvriers qui approvisionnent Twinings dans l’Etat indien d’Assam. Il s’est avéré qu’ils souffraient d’une malnutrition imputable au niveau trop bas de leurs salaires. Twinings et Primark publient désormais une liste de toutes les usines dans lesquelles ils s’approvisionnent.

En conclusion, si les investisseurs sont en mesure d’apporter leur contribution au grand projet qui vise à éviter que la traite des esclaves ne soit source de profits, il serait également souhaitable que les entreprises fassent preuve de plus de transparence et publient les listes de leurs fournisseurs, à la fois par nom et par usine. Ces listes pourraient être déposées dans un répertoire central afin d’éviter que leur divulgation ne nuise à la compétitivité des entreprises. Une telle démarche offrirait une meilleure visibilité des leurs pratiques aux consommateurs, aux ONG et aux actionnaires. Et last but not least, cela contribuerait à réduire le nombre de consommateurs innocents qui alimentent les escarcelles des trafiquants d’êtres humains.

*Head of Thought Leadership & ESG Quality Growth Boutique, Vontobel Asset Management





 
 
 

La Suisse pourrait compter près de 10.000 cas de coronavirus

Vendredi, 13 mars 2020

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus est beaucoup plus élevé que les chiffres officiels et approcherait les 10.000 cas.

Selon l'analyste Pierre Dessemontet, le nombre de personnes affectées en Suisse par le coronavirus se monterait plutôt à 10.000. Lui et d'autres experts appellent la...

Baisse du QI, appauvrissement du langage et ruine de la pensée

Dimanche, 17 novembre 2019 // Christophe Clavé *

L’effet de Flynn du nom de son concepteur, a prévalu jusque dans les année 1960. Son principe est que le Quotient Intellectuel (QI) moyen ne cesse d’augmenter dans la population. Or depuis les années 1980, les chercheurs en sciences cognitives semblent partager le constat d’une inversion de l’effet Flynn, et d’une baisse du QI moyen. La...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...