Marchés financiers: un début d’année placé sous le signe de la fébrilité

lundi, 07.01.2019

Les zones de fragilités, nombreuses, sont de mise en ce début d’année, qui débute en proie aux mêmes doutes avec lesquels s’est achevée 2018.

Olivier de Berranger*

Si le passage à une nouvelle année est souvent propice aux bonnes résolutions et apparaît comme l’occasion idéale d’ouvrir une page vierge, ce n’est, sur le terrain de l’économie et les marchés, pas si simple! 2019 commence en proie aux mêmes doutes avec lesquels s’est achevée 2018. Et les événements de cette première semaine ont globalement été mitigés, malgré une conclusion positive. 

Net freinage

Du côté de la Chine, les craintes d’un ralentissement marqué de la croissance sont de plus en plus prégnantes. Elles ont été renforcées par la publication, en début de semaine dernière, de PMI manufacturiers très décevants. L’indicateur officiel tout comme celui de l’agence Caixin sont passés sous le seuil de 50, qui marque la limite entre expansion et contraction de l’activité. Si le PMI services reste pour sa part bien orienté, ce net freinage de l’activité manufacturière n’est pas de nature à lever les doutes qui pèse sur l’économie chinoise, d’autant plus dans le contexte de guerre commerciale à l’œuvre depuis plusieurs mois. La déception causée par ces chiffres a néanmoins été en partie contrebalancée par les annonces de la banque centrale chinoise (PBoC), qui va abaisser (en deux temps) de 1% le taux de réserves obligatoires d’ici fin janvier. Face au ralentissement de la croissance, les autorités, via la PBoC, semblent donc toujours décidées à déployer des mesures de soutien.

Les doutes sur l’économie chinoise ne s’arrêtent néanmoins pas aux frontières de l’Empire du Milieu. Ils sont en partie responsables d’un autre événement: le premier avertissement en 15 ans sur résultats d’Apple. La firme à la pomme a en effet revu en baisse ses objectifs de chiffre d’affaires pour le premier trimestre de l’exercice 2018/2019. Si le PDG d’Apple, Tim Cook, a évoqué la saturation du marché du smartphone, il a également mis en exergue le ralentissement économique en Chine, qu’il reconnaît avoir sous-estimé. Ce profit warning d’un des géants de la Tech américaine, dont le titre a perdu près de 10%, a tiré vers le bas les marchés américains, d’autant que ceux-ci ont dû faire face à des chiffres macroéconomiques décevants.

Fort recul

En particulier, l’ISM manufacturier, à 54,1, est ressorti très nettement inférieurs aux attentes (57,5) et en fort recul par rapport au mois précédent (59,3). Une telle chute (5,2 points en un mois) n’a été dépassée que deux fois au cours du siècle, fin 2008 en pleine crise financière et à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Malgré l’ampleur du recul, il faut néanmoins préciser que ce chiffre retrouve ainsi un niveau plus cohérent avec les anticipations de croissance du PIB américain pour 2019 (entre 2,5% et 2,7%). Il se rapproche d’ailleurs du PMI manufacturier publié par Markit qui, à 53,8, est ressorti en ligne avec les attentes (53,9). Le PMI services a pour sa part battu les attentes, à 54,4 contre un chiffre attendu stable à 53,4, ce qui a quelque peu rassuré les investisseurs vendredi dernier. 

Eclaircir l’horizon?

Les zones de fragilités, nombreuses, restent de mise en ce début d’année. Néanmoins, la semaine s’est achevée sur une nouvelle favorable: lors de sa prise de parole vendredi à Atlanta, Jerome Powell a indiqué que, si nécessaire, la Fed était disposée à modifier la politique de réduction de la taille de son bilan. Une annonce que le marché avait espérée au moment de la hausse des taux de décembre. De quoi éclaircir quelque peu l’horizon?

*CIO La Financière de l’Echiquier





 
 
 

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki



...