Investisseurs en actions: optimistes ou visionnaires?

mercredi, 06.11.2019

Les marchés restent imperturbables et retrouvent leurs plus hauts alors que plusieurs facteurs incitent à la réflexion.

Matthias Jenzer*

Matthias Jenzer.

Les journées raccourcissent et les températures baissent, autant de signes qui annoncent l’arrivée de l’hiver. Différents indicateurs des marchés financiers promettent aussi un rafraîchissement des prévisions. Seuls les marchés des actions restent imperturbables et retrouvent leurs plus hauts historiques.
Il ne se passe pas un jour sans annonces ou avis concernant le Brexit ou la guerre commerciale interminable entre les Etats-Unis et la Chine. Dans les faits, cette dernière semble au moins bénéficier d’une sorte de cessez-le-feu, car les Etats-Unis sont sur le point de signer un «deal» avec la Chine. Bien que cet accord soit dénué de toute substance, le report ou du moins la suspension éventuelle de nouveaux droits de douane est néanmoins considéré comme une aubaine pour l’économie mondiale. Même le Brexit laisse entrevoir une lumière au bout du tunnel, même si un nouveau report est indispensable. Conjointement avec le soutien des banques centrales, ces éléments permettent aux marchés des actions de retrouver leurs plus hauts historiques.     
A l’inverse, les marchés obligataires sont moins optimistes. De nombreux articles et discussions ont porté sur la courbe des taux, dont l’inversion a été interprétée comme le signe d’une crise immi-nente. Elle n’est cependant pas et de loin le seul facteur incitant à la réflexion. Les bénéfices des entreprises tendent plutôt à la baisse. Tandis que l’Europe et en partie aussi l’Asie dressent l’oreille depuis un certain temps avec des gros titres négatifs concernant les prévisions de bénéfices, les Etats-Unis sont le dernier bastion à rejoindre cette évolution. Si l’on en croît les différentes prévisions des directeurs d’achats, cela ne devrait guère changer au cours des prochains mois. Les investissements des entreprises sont ajournés.

Tout cela ne serait qu’un répit temporaire?

Les élections présidentielles aux Etats-Unis sont prévues l’an prochain et Donald Trump ne gâchera pas sa réélection éventuelle avec de quelconques conflits commerciaux. La baisse des taux d’intérêt apportera un soutien et les entreprises vont recommencer à investir. C’est en gros ce qu’avancent les acteurs du marché des actions.
De telles périodes de faiblesse ont en effet été observées par le passé et ont du moins offert des opportunités d’achat. La situation s’appuyait notamment sur un marché solide des obligations d’entreprises aux Etats-Unis, porté par des investisseurs qui mettaient leur argent à la disposition d’entreprises à risque avec bienveillance. A l’exception de début 2016, les dix dernières années étaient marquées par la stabilité du marché de ces obligations. Et ce malgré une qualité de plus en plus douteuse et un accroissement des risques. Les annonces négatives dans le secteur obligataire se multiplient toutefois depuis un certain temps. Le marché des crédits bancaires titrisés aux entreprises se fissure. Les nouvelles émissions et les nouvelles titrisations sont ajournées. La qualité insuffisante est soudainement passée au crible. Les investisseurs exigent davantage de sécurité ou de meilleures indemnisations sous la forme d’un coupon plus élevé. C’est toxique quand la croissance des bénéfices de telles entreprises s’évapore simultanément.

Obligations ou actions: qui a raison?

Alors que les problèmes dans le secteur des crédits bancaires titrisés s’accumulent peu à peu et que les prix baissent, le marché des actions reste imperturbable et atteint de nouveaux sommets – une nouveauté qui soulève la question de savoir pourquoi cet important marché obligataire ne partage pas l’euphorie cette fois-ci? Ou misons-nous sur le mauvais cheval et devrions-nous accorder une plus grande confiance au marché des actions? Rien ne peut être prédit avec certitude, si ce n’est que la Fed fait tout son possible pour effacer tout signe d’un incendie de grande ampleur, avec des abaissements des taux et, si nécessaire, des mesures monétaires renforcées. Tout cela pour le plus grand plaisir des acquéreurs de bons du Trésor américains, auxquels devraient se joindre tous les investisseurs en actions.

* CIO, Quilvest (Switzerland)





 
 
 

Managers égocentriques: bonne nouvelle, certains peuvent être soignés!

Mardi, 15 octobre 2019 // Nathalie Brodard*

Vous l’avez certainement croisé, star des stars, ce baron, qui d’un jour à l’autre devient manager. Excellent dans son  activité, il a envie d’autre chose. Par peur de perdre sa star, l’employeur va alors aller dans sa direction. Le baron devient un manager capricieux, un petit chef autoritaire, sans empathie pour ses subordonnés, sans...

Les familles suisses rêvent toujours de posséder une maison

Mardi, 15 octobre 2019

Près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent d'acquérir un logement dans les dix prochaines années, selon une étude.

Malgré les prix d'achat souvent élevés, les Suisses rêvent de devenir propriétaires. Selon une étude publiée par Swiss Life mardi, près des trois quarts des familles actuellement en location envisagent...

Les quatre profils de leaders incompétents les plus fréquents

Dimanche, 13 octobre 2019 // Christophe Clavé *

Dans un article de la Harvard Business Review, Scott Gregory propose 4 profils caractéristiques de leaders incompétents. L’impact d’un mauvais leader est énorme Dans le pire des cas, le leader est suffisamment mauvais pour démotiver tout le monde. Les équipes sont désengagées. Les salariés travaillent pour eux-mêmes et non pour l’entreprise....

Elections fédérales: «L’UDC devrait rester le premier parti du pays»

Dimanche, 13 octobre 2019 // Maude Bonvin

Pour le politologue Georg Lutz, la bataille se jouera entre les formations écologistes et le PDC, le 20 octobre.

«L’UDC va perdre des plumes, même s’il reste très difficile de chiffrer ses pertes», déclare le politologue, Georg Lutz. Ce parti devrait, malgré tout, rester numéro un dans un pays où les changements politiques sont modestes....

L’envolée folle de Neuvoo, le Google de l'emploi

Jeudi, 19 septembre 2019 // Stéphanie Giroud

L’entreprise Neuvoo, basée à Lausanne et Montréal, vient de lever 40 millions de francs auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Si Neuvoo ne vous dit rien, c’est probablement que vous n’êtes pas à la recherche d’un travail. Lancée en 2011, la jeune entreprise, qui se profile comme le Google de l’emploi à ...

Vaudoise se prépare à franchir un nouveau seuil

Mercredi, 18 septembre 2019 // Philippe Rey

Ses objectifs pour 2020-22 englobent une croissance sélective, notamment en Suisse alémanique. Modernisation de l’IT en non vie pour le groupe Vaudoise présent mercredi à Investora Zurich.

Une croissance des assurances de patrimoine dans la branche non vie au-dessus de celle du marché suisse, avec un ratio combiné (taux de frais + taux de sinistres)...

Les Suisses ne préparent pas suffisamment leur retraite

Jeudi, 12 septembre 2019 // Matteo Ianni

Selon le baromètre de la prévoyance publié par Raiffeisen, les Suisses attendent trop longtemps avant de penser à leur prévoyance vieillesse. La confiance vis-à-vis du système suisse des trois piliers a continué de s’effriter.

Pour sa seconde édition, le baromètre suisse sur la prévoyance publié par Raiffeisen a donné des résultats plutôt...

Apple mise toujours sur l'iPhone

Dimanche, 8 septembre 2019

Cette année, experts et observateurs parient sur trois nouveaux modèles d'iPhone qui sera encore la vedette de la présentation Apple de mardi.

L'iPhone sera la star de la présentation Apple de mardi mais le géant californien des technologies en profitera aussi sans doute pour faire valoir son offre de services et de contenus, en pleine...

Un conseiller clients important quitte Pictet

Vendredi, 6 septembre 2019

La banque privée genevoise va devoir gérer le départ de l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe.

Chez Pictet, l'un des principaux responsables pour la gestion de fortune en Europe serait sur le départ. Patrick Prinz aurait démissionné après plus de 17 ans passés au sein du groupe bancaire genevois, rapporte vendredi le...

Géraldine Juge: «Une entreprise c’est comme un enfant auquel on pense toute la journée»

Jeudi, 5 septembre 2019 // Marine Humbert

A la tête de Separate Ways, Géraldine Juge est la neuvième invitée de notre chronique. Les entrepreneurs s'y racontent sans filet: recette du succès, routines du dimanche, ambitions et inquiétudes. Plongée dans les coulisses de l'entrepreneuriat.

A la tête de Separate Ways depuis 2016, Géraldine Juge propose un service d’accompagnement dans...

Abionic dispose désormais d’une référence précieuse avec Genentech

Jeudi, 5 septembre 2019 // Christian Affolter

Le test rapide qualité laboratoire permettant de diagnostiquer l’asthme allergique sera développé en collaboration avec la biotech américaine membre de Roche.

La plateforme d’Abionic pour des solutions de diagnostic rapides d’une précision proche de celle obtenue en laboratoire après plusieurs heures a un nouveau partenaire de référence. Pour...

UBS bifferait plusieurs centaines de postes dans la banque d'affaires

Jeudi, 5 septembre 2019

La première banque de Suisse UBS va se restructurer. Plusieurs centaines de postes pourraient être supprimés.

Une restructuration serait dans l'air pour les activités de banque d'affaires d'UBS. Le numéro un bancaire helvétique plancherait sur un programme qui pourrait déboucher sur la suppression de plusieurs centaines d'emplois, a rapporté mercredi...

Brexit: Johnson abandonne l'obstruction au texte anti-"no deal"

Jeudi, 5 septembre 2019

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, ne fera pas obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.

Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte...

AGEFI

Rafraîchir cache: Ctrl+F5 ou Wiki




...